OU­VREZ LE BANC

DE­PUIS LE DÉ­BUT DE SAI­SON, LA NO­TION DE GROUPE EST AU COEUR DE L’AP­PROCHE RE­TE­NUE PAR L’USO POUR ABOR­DER SES MATCHS.

Midi Olympique - - Top 14 4e journée - Par Jean-Pierre DUNAND

La ren­trée re­mar­quée du pi­lier Vincent De­ba­ty face à Agen illustre par­fai­te­ment le pro­pos de son di­rec­teur spor­tif : « La com­po­si­tion d’une équipe ne se conçoit pas sur le mode quinze plus huit, elle re­lève d’une en­ti­té à la­quelle les joueurs ap­pe­lés à en­trer en cours de match se doivent d’ap­por­ter une vé­ri­table plus va­lue. » En sui­vant le mo­dèle de son an­cien men­tor au Stade fran­çais, Gon­za­lo Que­sa­da, Adrien Buo­no­na­to est d’ailleurs prêt à prendre une pe­tite li­ber­té sé­man­tique pour rem­pla­cer sur la feuille de match l’in­ti­tu­lé « rem­pla­çants » par un autre terme : « dé­ci­sifs ».

Le match li­vré face à Agen le conforte dans cette ap­proche, le pro­chain ren­dez-vous avec le Ra­cing éga­le­ment. « Face à Agen, les joueurs en­trés en se­conde pé­riode nous ont per­mis de re­mettre la main sur le match, et nous sa­vons que le Ra­cing mise aus­si beau­coup sur son banc. » Sta­tis­tiques à l’ap­pui le tech­ni­cien du Haut-Bu­gey dé­montre l’im­pact des chan­ge­ments dans les matchs de son fu­tur ad­ver­saire : « Leur jeu re­pose beau­coup sur un tra­vail de sape et d’usure me­né en pre­mière pé­riode. Le Ra­cing a cette fa­cul­té de faire bas­cu­ler les matchs après la mi-temps. Ils ont mar­qué 40 % de leurs es­sais dans les vingt der­nières mi­nutes, 65 % en deuxième pé­riode. »

DE L’ÉQUI­LIBRE

Dans le Haut-Bu­gey, cette ana­lyse pous­sée n’a fait qu’an­crer des convic­tions clai­re­ment af­fi­chées en dé­but de sai­son : « La no­tion de rem­pla­çants est très re­la­tive. De­puis le dé­but de notre pré­pa­ra­tion, les joueurs savent que chaque match gé­né­re­ra des ro­ta­tions dans le groupe, en fonc­tion de l’ad­ver­saire. C’est un mode de fonc­tion­ne­ment qu’ils ont in­té­gré, au même titre que ce­lui qui conduit les joueurs ne fai­sant pas par­tie de l’ef­fec­tif sur un match à se tour­ner vers la pré­pa­ra­tion du sui­vant. »

Là en­core, Adrien Buo­no­na­to étaye son dis­cours d’un exemple : « Si face à Agen, Vincent De­ba­ty, qui n’était pas sur la feuille la se­maine pré­cé­dente à Moint­pel­lier, a tou­jours su ve­nir jouer dans les bons es­paces c’est parce qu’il avait par­fai­te­ment pré­pa­ré son match. » Ce prin­cipe a en­core été res­pec­té pour le voyage au Ra­cing où l’équi­libre entre la liste des « ti­tu­laires » et celle des « dé­ci­sifs » se­ra en­core ap­pli­qué dans un groupe qui a par­fai­te­ment in­té­gré la né­ces­si­té de fonc­tion­ner « au deux temps » pour pré­tendre te­nir la dis­tance.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.