Po­li­tique de rigueur

Midi Olympique - - Top 14 4e journée - J.-P. D.

Tous les en­traî­neurs prônent la rigueur qui peut s’avé­rer dé­ter­mi­nante mais qui sur­tout se dé­cline dans de mul­tiples sec­teurs du jeu. Le plus évident tient à la dis­ci­pline et en ce do­maine les chiffres plaident en fa­veur des Oyon­naxiens. En trois matchs, ils ont été sanc­tion­nés au to­tal par 25 pé­na­li­tés, dont onze éco­pées lors de leur unique dé­pla­ce­ment à Mont­pel­lier. Du cô­té du Ra­cing, le cur­seur est beau­coup plus haut avec 38 pé­na­li­tés concé­dées mais aus­si trois car­tons jaunes et un rouge.

Dans l’ali­gne­ment aus­si la rigueur peut être fac­teur de réus­site. Face à Tou­louse, les Oyon­naxiens avaient per­du six lan­cers. Au­teurs d’un sans­faute à Mont­pel­lier, ils ont à nou­veau aban­don­né un bal­lon en touche à leur ad­ver­saire lors du match contre Agen. Dans ce sec­teur du jeu, le Ra­cing a pour sa part per­du plu­sieurs mu­ni­tions pré­cieuses lors de son der­nier match contre Brive mais sur ce point Adrien Buo­no­na­to ap­porte une nuance : « Le Ra­cing est très bien or­ga­ni­sé sur les contres et par­vient à ré­cu­pé­rer de bons bal­lons sur les lan­cers ad­verses. » Le jeu en lui-même ne peut échap­per à la po­li­tique de rigueur prô­née par le tech­ni­cien du Haut-Bu­gey qui rap­pelle : « Face à Agen nous avons pro­duit du jeu mais en nous of­frant à leur dé­fense ». Il fau­dra plus de prag­ma­tisme, en té­moignent d’autres chiffres avan­cés par Adrien Buo­no­na­to : « Face à Agen nous pro­vo­quons dix breaks sans par­ve­nir à ins­crire un seul es­sai alors que Mont­pel­lier, la se­maine pré­cé­dente, avec le même nombre de fran­chis­se­ments nous passe cinq es­sais ». En ce do­maine du jeu of­fen­sif, la rigueur peut sou­vent s’ap­pa­ren­ter à la pa­tience, une qua­li­té qui n’a pas for­cé­ment été l’apa­nage des deux équipes de­puis le dé­but de sai­son.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.