FORCE ET CA­RAC­TÈRE

LA VE­NUE DE NAR­BONNE POUR­RAIT DON­NER AUX CANTALOUS L’OC­CA­SION D’IN­TÉ­GRER LA PRE­MIÈRE MOI­TIÉ DU CLAS­SE­MENT.

Midi Olympique - - Pro D2 5e journée - Par Jean-Marc AUTHIÉ

La se­maine der­nière, le Stade au­rilla­cois a fait de l’im­pro­ba­bi­li­té un nou­veau pa­ra­mètre à prendre en compte et à ne sur­tout ja­mais né­gli­ger. En moins de 20 mi­nutes, l’un des meilleurs bu­teurs du Pro D2 s’est ra­té deux fois dans les 22, qua­si face aux perches, ce­lui qui ne se manque ja­mais sous les chan­delles s’est troué en beau­té et dans le même temps, la dé­fense était res­tée dans les ves­tiaires. Bref, en d’autres temps, cette en­tame hors des bases au­rait coû­té, au bas mot, au moins 40 points à l’ar­ri­vée et une belle fes­sée. Mais il n’en a rien été. À Bé­ziers, Aurillac a fait preuve d’un ré­ac­tion et d’un ca­rac­tère qu’on ne lui connais­sait pas et ça change pas mal de choses. Car au-de­là du point de bo­nus dé­fen­sif, les Au­rilla­cois ont aus­si ra­me­né de la confiance. « On a fait une en­tame trop ca­tas­tro­phique pour avoir le moindre re­gret. Nous sommes mal ren­trés dans ce match, ad­met Thier­ry Peu­chles­trade, en­traî­neur des ar­rières. C’était le pire scé­na­rio pos­sible et donc après ça, com­ment ne pas être content de prendre un point de bo­nus. Ce qui est à no­ter, c’est l’état d’es­prit qui a été le nôtre du­rant toute la par­tie. »

Le groupe n’a rien lâ­ché et a fait ce qu’il fal­lait pour re­ve­nir pe­tit à pe­tit et al­ler cher­cher ce point de bo­nus. La pré­pa­ra­tion de Nar­bonne s’est donc ef­fec­tuée dans un cli­mat, à dé­faut d’être se­rein, plus dé­ten­du. « Nous sommes au cin­quième match de la sai­son. On a su ré­agir après la dé­faite de la pre­mière jour­née. J’ai presque en­vie de dire que l’on rentre dans ce cham­pion­nat cres­cen­do. »

« FI­NIR LE BLOC SUR CETTE DY­NA­MIQUE »

Dans son ana­lyse,Thier­ry Peu­chles­trade consi­dère qu’Aurillac s’est « plu­tôt bien sor­ti des grosses confron­ta­tions. Il faut fi­nir ce bloc sur cette dy­na­mique », mais n’omet­tant pas pour au­tant de sou­li­gner les qua­li­tés de son ad­ver­saire du soir. « On va re­trou­ver Nar­bonne qui ne mé­rite pas du tout d’être à cette der­nière place. Se­lon moi, ils n’ont fait que des bons matchs, avec une grosse den­si­té phy­sique, mais une in­dis­ci­pline chro­nique a joué en leur dé­fa­veur et les a sou­vent fait sor­tir des matchs. » Le coach des ar­rières pré­vient donc son monde. Il faut faire abs­trac­tion du clas­se­ment ac­tuel et se concen­trer sur un seul ob­jec­tif : ce­lui de la vic­toire. Nar­bonne a des atouts, se­ra dan­ge­reux et Aurillac de­vra res­ter sur ses gardes. Le moindre écart se­ra fa­tal. « On pre­nant tous ces points der­niè­re­ment, ce­la nous a re­mis en selle dans ce cham­pion­nat. Battre cette équipe de Nar­bonne pour­rait nous faire bas­cu­ler dans la pre­mière moi­tié du ta­bleau. Il faut avoir cet ob­jec­tif et ne rien lâ­cher. On sait que nous avons be­soin de ces points mais on sait aus­si que ce­la va être dif­fi­cile car Nar­bonne a aus­si be­soin de ré­cu­pé­rer les points per­dus. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.