AVEC CHAPLAIN DANS LE MO­TEUR

LE CLUB FRAN­CI­LIEN, RÉ­TRO­GRA­DÉ AD­MI­NIS­TRA­TI­VE­MENT EN FÉ­DÉ­RALE 2, DOIT RE­CONS­TRUIRE SES AM­BI­TIONS. IL A RE­ÇU UN REN­FORT DE POIDS...

Midi Olympique - - Ovalie Fédérale 1 Jean-Prat - 2e journée - Par Guillaume CYPRIEN

La ré­tro­gra­da­tion de Bo­bi­gny en Fé­dé­rale 2 a fi­gu­ré par­mi les évè­ne­ments les plus spec­ta­cu­laires dans le re­gistre des ac­ci­dents ad­mi­nis­tra­tifs émaillant la Fé­dé­rale 1. Le cha­pitre des quinze an­nées pas­sées dans le plus haut ni­veau ama­teur a été fer­mé bru­ta­le­ment. Le par­cours très convain­cant de cette équipe lors du der­nier cham­pion­nat — 1re de sa poule, ce qui ne lui était pas ar­ri­vé de­puis long­temps — a été ba­layé. La hié­rar­chie fran­ci­lienne a été mo­di­fiée. C’est Su­resnes, do­ré­na­vant, qui oc­cupe la place du qua­trième club fran­ci­lien. Ce qui a mo­di­fié le cou­rant du ruis­seau des mou­ve­ments de joueurs de l’in­ter­sai­son. À Bo­bi­gny, le re­cru­te­ment avait été plu­tôt lé­ger. Jus­qu’à la fin du mois de juillet, alors qu’une ving­taine de joueurs avaient dé­ci­dé d’ar­rê­ter leur col­la­bo­ra­tion, seuls quatre nou­veaux avaient été of­fi­ciel­le­ment in­té­grés. Jus­qu’à l’ar­ri­vée d’une cin­quième re­crue, dont le stan­ding a re­haus­sé cette ac­ti­vi­té mol­las­sonne. Oli­vier Chaplain, an­cien joueur pro­fes­sion­nel au Stade Fran­çais, Aix-en-Pro­vence, Li­moges, Bé­ziers, Gre­noble, et Mas­sy, a dé­ci­dé de sor­tir de sa re­traite spor­tive pour ré­pondre à la sol­li­ci­ta­tion de Bo­ris Bouh­raoua, le de­mi de mê­lée de Bo­bi­gny, son an­cien co­équi­pier à Li­moges. Oli­vier Chaplain avait mis un terme à son ac­ti­vi­té il y a un an après son pas­sage à Mas­sy. « Mais je me suis te­nu en forme, et ça me ti­tillait, dit-il. Je suis vrai­ment heu­reux de re­trou­ver le ter­rain. » À 35 ans, la très grande ex­pé­rience de ce troi­sième ligne centre de mé­tier - 174 matchs de Pro D2 et 4 matchs de Top 14 - fe­ra un point d’an­crage pour cette jeune équipe re­cons­ti­tuée.

CHAMOIS : « LES PRO­BLÈMES SONT RÉGLÉS »

Bo­bi­gny a été contraint de mettre en oeuvre une po­li­tique de la pro­mo­tion in­terne pour re­cons­truire son équipe pre­mière. Des joueurs de la ré­serve de la sai­son der­nière, et une di­zaine de jeunes du centre de for­ma­tion, sont mon­tés en grade. Rai­son pour la­quelle le staff tech­nique, tou­jours em­me­né par Alex Com­pan, qui a fait une belle prise de guerre à SaintDe­nis, d’où il a ti­ré l’en­traî­neur Xavier Dar­jo pour l’ac­com­pa­gner, se montre as­sez rai­son­nable au mo­ment d’abor­der les am­bi­tions de son équipe re­lé­guée : « Il faut re­cons­truire et trou­ver notre élan col­lec­tif avant de pen­ser aux ob­jec­tifs. » Dans son plai­sir ju­vé­nile de re­prise d’ac­ti­vi­té, la pré­sence d’Oli­vier Chaplain peut de­ve­nir l’un des ca­ta­ly­seurs de cette re­cons­truc­tion spor­tive, alors que le pré­sident Alain Chamois as­sure que la san­té bud­gé­taire n’est plus un su­jet. « Notre pro­blème de fonds propres cour­rait de­puis trois ou quatre ans, ex­pli­quait-il à la fin du mois d’août. Chaque an­née, nous de­vions nous mettre en quatre pour ten­ter de le ré­soudre. Je dois dire que pas­sé la mau­vaise sur­prise de la dé­ci­sion Fé­dé­rale de nous re­mettre en Fé­dé­rale 2, cette si­tua­tion est de­ve­nue un sou­la­ge­ment. Il nous man­quait en­vi­ron 200 000 eu­ros. Une sai­son en Fé­dé­rale 2 coûte 300 000 eu­ros moins cher qu’en Fé­dé­rale 1. Nous al­lons ré­gler tous nos pro­blèmes en main­te­nant un bud­get si­tué entre 1,4 et 1,5 mil­lion d’eu­ros. À la fin de la sai­son, en 2018, notre si­tua­tion se­ra équi­li­brée. Et si tout se passe idéa­le­ment, si notre équipe par­vient à ob­te­nir une mon­tée, nous pour­rons re­trou­ver notre rang. » À suivre.

Pho­to Bal­tha­zar Tixier

« Les joueurs de Bo­bi­gny, ici en stage de pré­sai­son, ont re­çu le ren­fort d’Oli­vier Chaplain, l’an­cien joueur de Gre­noble et de Mas­sy ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.