LES HOMMES EN DAN­GER

DANS CE MATCH QUI NE COMP­TE­RA PAS COMME UNE SÉ­LEC­TION IN­TER­NA­TIO­NALE, CER­TAINS ONT BEAU­COUP À GA­GNER ET D’AUTRES BEAU­COUP À PERDRE. DES AN­CIENS CADRES QUI JOUENT GROS…

Midi Olympique - - Tournée d’automne Projection - Par Émi­lie DUDON emi­lie.dudon@mi­di-olym­pique.fr

Ce­la a dé­jà été dit, écrit : ce deuxième match en trois jours face à la Nou­velle-Zé­lande res­semble à s’y mé­prendre à un énorme ca­deau em­poi­son­né. Si cer­tains ont tout à y ga­gner, à l’image des néo­phytes Ha­ma­dache, La­croix, Tau­leigne ou Les­gourgues, d’autres peuvent y perdre gros. On vous parle là des « pu­nis », ceux qu’on at­ten­dait dans la pre­mière liste, celle qui a joué sa­me­di au Stade de France, et qui ont été re­ver­sés dans la deuxième. En pre­mier lieu : Yoann Maes­tri. Le deuxième ligne toulousain a, de­puis sa pre­mière cape en 2012, tou­jours été un homme de base du XV de France. Rem­pla­çant seule­ment quatre fois en 59 sé­lec­tions, il avait aus­si la confiance de Guy No­vès, qui l’a uti­li­sé à 17 re­prises (sur 19 de­puis son ar­ri­vée aux ma­nettes), dont 16 comme ti­tu­laire. Main­te­nu contre vents et ma­rée la sai­son der­nière alors qu’il était en mé­forme et gê­né par les bles­sures, le joueur de 29 ans a fi­na­le­ment été sanc­tion­né cet au­tomne mal­gré un bon dé­but de sai­son sous le maillot toulousain. Nom­mé ca­pi­taine face aux All Blacks ce mar­di, Yoann Maes­tri sait qu’il se­ra très at­ten­du à Lyon.

SPED­DING ET TRINH-DUC : APRÈS L‘AFRIQUE DU SUD…

Scott Sped­ding aus­si. Mal­gré l’ab­sence de Brice Du­lin, ju­gé trop court après son re­tour de bles­sure à une côte, l’ar­rière su­da­fri­cain a vu Nans Du­cuing le de­van­cer pour le « vrai » match face aux Néo-Zé­lan­dais ce week-end. Ja­mais rem­pla­çant sous le maillot bleu (22 ti­tu­la­ri­sa­tions en 22 sé­lec­tions de­puis 2014), il paye un dif­fi­cile dé­but de sai­son avec Cler­mont (6 matchs dis­pu­tés, 5 comme ti­tu­laire) et un match ra­té lors de la tour­née en Afrique du Sud en juin der­nier. Ali­gné d’en­trée, il de­vra don­ner des ga­ran­ties quant à son état de forme. Fran­çois Trinh Duc, lui, était au Stade de France. C’est d’ailleurs le seul joueur qui en­chaî­ne­ra les deux matchs face aux All Blacks. Mais l’ou­vreur tou­lon­nais, qui avait lais­sé le cos­tume de ti­tu­laire à son jeune co­équi­pier au RCT An­tho­ny Bel­leau, est en­tré en jeu seule­ment cinq mi­nutes… à l’ar­rière. Pré­fé­ré à Jules Plis­son pour dé­bu­ter en nu­mé­ro 10 mar­di au Grou­pa­ma Sta­dium, il se voit of­frir une chance de se rat­tra­per après avoir dé­çu en Afrique du Sud lui aus­si.

MA­CHE­NAUD-PLIS­SON SUR LE BANC

Il faut dire que peu de Fran­çais avaient brillé pen­dant la tour­née es­ti­vale… Maxime Ma­che­naud et Jules Plis­son ne fai­saient pas vrai­ment par­tie des sa­tis­fac­tions eux non plus. Non re­te­nue pour le match au Stade de France sa­me­di, celle qui fut un temps la char­nière ti­tu­laire de Guy No­vès se re­trou­ve­ra sur le banc de­main à Lyon. L’ex­plo­sion des jeunes Du­pont, ex­cellent à SaintDe­nis, et Bel­leau, très propre pour sa pre­mière sé­lec­tion, leur coûte cher. Et ils au­ront sû­re­ment peu de temps mar­di pour ten­ter d’in­ver­ser la ten­dance…

Dans un autre re­gistre, Ca­mille Chat, Hen­ry Cha­van­cy et Jo­na­than Dan­ty, ti­tu­laire au ta­lon pour le pre­mier et as­so­ciés au centre pour les deux autres, ont eux aus­si tout in­té­rêt à four­nir quelques cer­ti­tudes dans la ca­pi­tale des Gaules. Sur­tout s’ils veulent ré­in­té­grer le haut du pa­nier. Ce match, s’il ne semble pas vrai­ment comp­ter sur le pa­pier, re­vêt plus d’en­jeu qu’on pour­rait le croire. Il se ré­vé­le­ra, à coup sûr, ca­pi­tal pour cer­tains. Ren­dez­vous est pris !

Non re­te­nu pour af­fron­ter les All Blacks au Stade de France sa­me­di, le deuxième ligne toulousain Yoann Maes­tri, qui se­ra ca­pi­taine de cette équipe de re­van­chards mar­di à Lyon, au­ra des choses à prou­ver. Photo Mi­di Olym­pique - Pa­trick De­re­wia­ny

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.