DANS LA PEAU

Midi Olympique - - Pro D2 12e journée - Par Ju­lien LOUIS

La cri­tique est fa­cile (ai­sée, N.D.L.R.), mais l’art est dif­fi­cile. Je laisse donc aux soins des mau­vais sup­por­ters de cri­ti­quer. » Der­rière l’ex­pres­sion sub­ti­le­ment choi­sie par l’ar­rière Guillaume La­forgue, se cache en par­tie, l’es­sence du suc­cès de Soyaux-An­gou­lême à Bé­ziers. Une pre­mière à l’ex­té­rieur cette sai­son, su­bli­mée par la pres­ta­tion trois étoiles d’un Ika­pote Fo­no en feu et sur­tout, gla­née grâce au froid réa­lisme of­fen­sif af­fi­ché, par une ligne de trois­quarts bles­sée dans son or­gueil : « Nous étions spé­cia­le­ment sous les feux des pro­jec­teurs, nous les trois-quarts, car on ne par­ve­nait pas à concré­ti­ser nos ac­tions », ajoute le nu­mé­ro quinze. L’en­traî­neur des ar­rières, Ré­my La­dauge confirme :

« Cer­taines per­sonnes se sont per­mis de cri­ti­quer des joueurs qui donnent tout, et les coachs aus­si. Ces gens­là, je tiens à les re­mer­cier. Ils nous ont per­mis de nous « re­boos­ter » pour al­ler cher­cher des choses au fond de nous-mêmes. J’es­père qu’ils sau­ront nous en­cou­ra­ger au­tant que ce qu’ils es­sayent de nous en­fon­cer quand c’est un peu dur. »

LE DÉ­CLIC ?

Le SA XV Cha­rente a su re­te­nir les le­çons du pas­sé. De cette dé­faite à Nar­bonne il y a un mois, qui n’au­rait ja­mais dû lui échap­per ou de ces in­nom­brables fautes de main, res­pon­sables de­puis long­temps de ses mul­tiples at­taques avor­tées. Eux, qui n’avaient jus­qu’alors ins­crit que quatre réa­li­sa­tions à l’ex­té­rieur en cinq matchs, ont « plan­té » trois es­sais à la Mé­di­ter­ra­née. Fai­sant au pas­sage ex­plo­ser leur moyenne de points mar­qués par ren­contre hors de leurs bases (13,8 contre 34 à Bé­ziers) : « C’est l’ac­com­plis­se­ment d’un sys­tème de jeu of­fen­sif. On sa­vait que les gar­çons étaient en pro­grès dans la pro­duc­tion. Mais c’est la pre­mière fois qu’ils jouent à cette vi­tesse. Ce suc­cès fait un bien fou et les gars le mé­ritent. J’es­père que ce se­ra un dé­clic », pour­suit l’en­traî­neur. Maîtres de la pos­ses­sion grâce à une conquête do­mi­na­trice, sur­tout en mê­lée, les Cha­ren­tais, re­ma­niés, se sont ap­puyés sur un rugby simple re­dou­table d’ef­fi­ca­ci­té.

Un jeu à une passe bo­ni­fié par des avants mo­biles et puis­sants, constam­ment sol­li­ci­tés pour res­ser­rer la dé­fense bi­ter­roise au­tour des rucks, l’user, avant de la dé­bor­der sur les ex­té­rieurs. Pa­ri ga­gnant. Très à l’aise tech­ni­que­ment, les co­équi­piers de Laf­forgue ont aus­si été au­da­cieux pour re­lan­cer des bal­lons de tur­no­ver de leurs vingt-deux mètres : « Nous avions be­soin de cette vic­toire ré­fé­rence. Mais elle n’au­ra au­cun sens si on en prend trente au pro­chain match à la mai­son. » Face à la lan­terne rouge, Car­cas­sonne puis contre Mon­tau­ban, lors des deux pro­chaines jour­nées. Le tour­nant des am­bi­tions.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.