LE GRAND CHA­RI­VA­RI

Midi Olympique - - Tournée d’automne Les autres matchs - Par Jé­rôme PRE­VOT

Onze es­sais, six pour les Écos­sais, cinq pour les Sa­moans. Mais les Écos­sais ont tou­jours me­né au score dans la fou­lée du pre­mier es­sai chan­ceux de Hogg après un re­bond énorme qui lo­ba l’ar­rière ad­verse. Ils ont même eu 22 points d’avance à la 46e… et ne se sont donc pas vrai­ment in­quié­tés, sauf dans les cinq ou six der­nières mi­nutes. En fait, les Sa­moans se sont com­por­tés en par­faits spar­ring part­ners, eux qui ré­clament une part des re­cettes des stades des pays eu­ro­péens qui les re­çoivent en Eu­rope (lire Mi­di Olym­pique de ven­dre­di). Fran­che­ment, les Océa­niens dont la fé­dé­ra­tion est ex­sangue fi­nan­ciè­re­ment, ont mon­tré qu’ils mé­ri­taient bien le sou­tien de la communauté in­ter­na­tio­nale. Ils ont brillé juste ce qu’il fal­lait dans un Mur­ray­field co­pieu­se­ment gar­ni. Mais Greg Town­send n’est pas sor­ti très heu­reux de cet après-mi­di. Ses joueurs ont man­qué dix-neuf pla­quages, ils en ont lou­pé de plus en plus à me­sure que le coup de sif­flet fi­nal ap­pro­chait.

Sans doute un peu de suf­fi­sance ou d’eu­pho­rie mal pla­cée pour une équipe as­sez brillante par mo­ments et qui a vu dé­bu­ter plu­sieurs joueurs : le pi­lier gauche ti­tu­laire Dar­ryl Mar­fo (Edim­bourg) plus les rem­pla­çants Ja­mie Bhat­ti (pi­lier gauche), George Tur­ner (ta­lon­neur) et l’ai­lier ou centre Ch­ris Har­ris qui joue en An­gle­terre, à New­castle.

DOU­BLÉ POUR MCINALLY

« Nous avons beau­coup de tra­vail à faire aus­si bien en dé­fense qu’en at­taque. Nous de­vrons dé­fendre plus efficacement et ne pas aban­don­ner notre pos­ses­sion aus­si fa­ci­le­ment dans notre propre camp. »

a concé­dé un Greg Town­send un peu son­né. Il a tout de même eu le bon­heur de vivre son pre­mier suc­cès à do­mi­cile de­puis qu’il est de­ve­nu sé­lec­tion­neur prin­ci­pal. Ses joueurs ont man­qué de ri­gueur, c’est clair. Mais l’Ecosse reste l’Ecosse, elle n’au­ra ja­mais la pro­fon­deur des autres na­tions quelles que soient les am­bi­tions qu’elle af­fiche.

Au­tant re­ti­rer le cô­té po­si­tif de ce suc­cès un peu fou, le spec­tacle of­fert aux sup­por­teurs et les deux es­sais du ta­lon­neur Stuart McI­na­ly pour sa qua­trième ti­tu­la­ri­sa­tion. Il a pro­fi­té du for­fait du vé­té­ran George Ford juste avant la ren­contre. Il a mar­qué sur deux mauls :

« Oui, cette phase fait par­tie de nos forces. Nous l’avions vu cet été face aux Fid­ji, no­tam­ment. C’est le signe du bon tra­vail de mon ad­joint Dan McFar­land. Ça de­mande un gros ef­fort des avants et la pré­sence d’un bon pi­lote à l’ar­rière du maul. Stuart a été très bon là­des­sus mais dans les autres as­pects du jeu éga­le­ment, en conquête et en tant que por­teur de bal­lons. »

Stuart Hogg et les Écos­sais ont sau­vé leur suc­cès. Mais ils se sont faits peur dans les vingt der­nières mi­nutes! Photo Icon Sport

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.