EN MODE MA­CHINE

TOU­LOUSE AU-DE­LÀ D’ALI­GNER UN CIN­QUIÈME SUC­CÈS D’AF­FI­LÉE, QUI LES PLACE AU RANG DE DEUXIÈMES DU TOP 14, LES STA­DISTES ONT EN­CORE IM­PRES­SION­NÉ CONTRE BOR­DEAUX-BÈGLES (40-0), MAL­GRÉ DE NOM­BREUSES AB­SENCES.

Midi Olympique - - Top 14 9e Journée - Par Jé­ré­my FA­DAT je­re­my.fa­dat@mi­di-olym­pique.fr

Pen­dant quatre jours, les Tou­lou­sains ont vu leur cen­tre­ville en­va­hi par deux ma­chines géantes : un mi­no­taure et une arai­gnée, qui avaient at­ti­ré plu­sieurs cen­taines de mil­liers de per­sonnes. Mais elles ne furent pas les seules à as­su­rer le spec­tacle dans la Ville rose ce wee­kend. Sa­me­di soir, les joueurs sta­distes ont li­vré un nou­veau ré­ci­tal contre l’Union Bor­deaux-Bègles (40-0). Comme à Bath, face au Leins­ter ou à Per­pi­gnan. « C’est une belle pé­riode dont on pro­fite, sa­voure l’en­traî­neur Ré­gis Sonnes. Il y a des ab­sents de­puis un pe­tit mo­ment mais ce­la ne nous em­pêche pas d’être per­for­mants. » Ef­fec­ti­ve­ment, tou­chés par les bles­sures, les sus­pen­sions ou le dé­part à Mar­cous­sis de leurs in­ter­na­tio­naux fran­çais, les Tou­lou­sains res­tent sur leur nuage, avec cinq suc­cès d’af­fi­lée, toutes com­pé­ti­tions confon­dues, qui leur per­mettent d’être lea­ders de leur poule eu­ro­péenne et dau­phins de Cler­mont en Top 14. « La Cham­pions Cup a mis le groupe en confiance », as­sure Ar­thur Bonneval, au­teur d’un dou­blé contre les Gi­ron­dins. Et ça se voit dans le jeu. Les hommes changent, pas les am­bi­tions. Dans la li­gnée de l’exer­cice pas­sé, les troupes d’Ugo Mo­la conti­nuent à être au­da­cieuses et en­tre­pre­nantes, à se nour­rir des bal­lons de ré­cu­pé­ra­tion pour mieux s’en­gouf­frer dans le moindre in­ter­valle et cru­ci­fier l’ad­ver­saire. « De­puis le dé­but de sai­son, les contre-at­taques et les tur­no­vers sont une de nos forces, re­con­naît Fran­çois Cros. Il faut qu’on s’ap­puie des­sus et qu’on conti­nue à mar­quer sur ces phases. Dans le désordre, on ar­rive à faire des coups. C’est aus­si l’ADN du Stade tou­lou­sain. » Ce que confirme Sonnes : « C’est notre truc. On cherche à mettre du mou­ve­ment, à jouer de­bout, à avoir de la conti­nui­té. » Il faut dire qu’avec des pro­fils de re­lan­ceurs comme Ra­mos ou Kolbe, en­core stra­to­sphé­rique face à l’UBB, les choses peuvent al­ler très vite. Ce qu’ont pu consta­ter les Gi­ron­dins. « Fran­che­ment, on kiffe, se marre Bonneval. On est en confiance et, quand tu ne l’es pas, tu ne fais pas la passe de plus. » Là, lui et ses par­te­naires la tentent et la réus­sissent.

CROS : « POUR­VU QUE ÇA DURE »

Staff et di­ri­geants crai­gnaient pour­tant le ren­dez-vous de cette 9e jour­née. Mais, mal­gré une com­po­si­tion en­core pro­fon­dé­ment re­ma­niée, les Sta­distes ont im­pres­sion­né. Au vu du pro­gramme qui les at­tend en dé­cembre, et à la grâce de leur convain­cant suc­cès, l’en­ca­dre­ment a même ac­cor­dé aux joueurs deux se­maines de va­cances plu­tôt qu’une (sauf pour les in­ter­na­tio­naux bien sûr et les élé­ments re­te­nus avec les Barbarians qui n’en au­ront qu’une). Si bien que ce ré­pit pour­rait presque frei­ner l’eu­pho­rie ac­tuelle… « Il y a plu­sieurs fa­çons de voir les choses, note Cros. La dy­na­mique était bonne donc il ne faut pas que la trêve nous coupe. Mais d’un autre cô­té, il ne faut pas at­tendre qu’elle baisse pour souf­fler. Elle est donc aus­si bien­ve­nue pour se ré­gé­né­rer et se vi­der la tête. On l’a mé­ri­tée. » Et de pré­ve­nir : « Il ne faut pas s’en­flam­mer car la sai­son est longue. Mais il fal­lait mon­trer ce vi­sage. On sait en être ca­pable main­te­nant. De­puis un cer­tain temps, le stade se rem­plit, avec une am­biance de plus en plus folle, l’équipe gagne. Tout ça nous aide à pro­duire un jeu plai­sant. Pour­vu que ça dure. »

Pho­to M.O. - D.P.

Ar­thur Bonneval, au­teur d’un dou­blé, et les Tou­lou­sains s’éclatent en ce mo­ment. Rien ne leur ré­siste.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.