UN RANG À TE­NIR

DÉ­LO­GÉS DE LA PRE­MIÈRE PLACE APRÈS LEUR DÉ­FAITE À BRIVE, LES NE­VER­SOIS NE PEUVENT SU­BIR UNE SE­CONDE DÉ­FAITE CONSÉ­CU­TIVE. MÊME SI C’EST LA BÊTE BLES­SÉE MONTALBANAISE QUI SE PRÉ­SENTE.

Midi Olympique - - Pro D2 | 11e Journée - Par An­toine DES­CHAMPS

Au soir de la vic­toire ne­ver­soise aux dé­pens d’Oyon­nax, deux pré­dic­tions se suc­cé­dèrent. Celle de l’en­traî­neur haut-bu­giste Adrien Buo­no­na­to d’abord, qui, évo­quant son ad­ver­saire d’un soir, es­ti­ma que la place de lea­der ac­quise par les Bour­gui­gnons n’avait « rien d’un feu de paille ». Celle, en­suite, de Hu­go Fa­brègue. Le troi­sième ligne centre ni­ver­nais, pas fâ­ché que lui et les siens aient pris la pre­mière place du Pro D2, aver­tis­sait tout de même qu’avec deux dé­faites de suite, le lea­der dé­grin­go­le­rait au hui­tième rang… L’échec su­bi à Brive a dé­lo­gé le roi éphé­mère de son trône. Pire même, trois autres pré­ten­dants (Montde-Mar­san, Oyon­nax et Bayonne) pro­fi­tèrent de la brèche pour fi­ler la trace aux Bri­vistes et re­pous­ser les Jau­nets à la cin­quième place.

La donne se­ra pro­ba­ble­ment en­core une fois mo­di­fiée lors de ce on­zième tour se­lon que l’on se­ra sur ses terres ou loin de ses bases. Ne­vers, lui, re­trouve son Pré-Fleu­ri, avec la ferme in­ten­tion d’y conser­ver son in­vin­ci­bi­li­té cette sai­son. Hors su­jet puis ra­gaillar­dies en Cor­rèze, les troupes de Xa­vier Pé­mé­ja n’ont, de toute fa­çon et se­lon les propres termes de leur tech­ni­cien, « pas d’autre choix que de s’im­po­ser ».

« JE CONNAIS BIEN CE CLUB… »

« Si l’on veut at­teindre notre ob­jec­tif, la vic­toire est in­dis­pen­sable », as­sène Pé­mé­ja. Fi­nir par­mi les six au fi­nal re­quiert une com­pé­ti­ti­vi­té sans trop de failles et une co­pie iden­tique à celle ré­di­gée chez les Cou­joux se­rait rédhi­bi­toire. Même si le ma­na­ger uso­niste mo­dère cette désa­gréable im­pres­sion. « Nous n’avons pas été si mau­vais que ce­la. Mal­heu­reu­se­ment, nous avons lais­sé tom­ber trop de bal­lons pour ri­va­li­ser. » Et c’est bien dans ce sec­teur que les élèves de l’ex-Montalbanais n’au­ront pas droit à l’er­reur. « Si nous échap­pons des bal­lons, Mon­tau­ban en pro­fi­te­ra. » Moins mal­adroits, plus fi­nis­seurs, les Ne­ver­sois re­trou­ve­raient un rang plus en adé­qua­tion avec leurs am­bi­tions. Mais il leur fau­dra aus­si et avant tout, lut­ter d’ar­rache-pied avec les Montalbanais. « Nous al­lons jouer une bête bles­sée. C’est tou­jours une si­tua­tion dan­ge­reuse. Je connais bien ce club et je sais que ce se­ra dur pour nous. Mon­tau­ban reste tout de même sur une fi­nale et une de­mi-fi­nale et s’il n’est pas au mieux ac­tuel­le­ment, il va for­cé­ment ré­agir. »

Les Sa­pia­cains se res­ser­re­ront au­tour de leurs lea­ders, en par­ti­cu­lier de Pier­rick Es­clauze qui por­ta le maillot ne­ver­sois en Fé­dé­rale 1. Leur pack se­ra prêt au dé­fi. Les Ni­ver­nais aus­si !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.