Évreux, taille pa­tron ?

Midi Olympique - - Ovalie | Actualité - G. C.

Di­manche, l’équipe d’Évreux se dé­pla­ce­ra à Sarcelles pour le choc de la 8e jour­née du cham­pion­nat de Fé­dé­rale 3 de la poule 1. Sarcelles oc­cupe la pre­mière place, Évreux la deuxième. Le vain­queur se­ra lea­der. Les joueurs de Sarcelles, tou­jours in­vain­cus, partent avec les grandes fa­veurs des pro­nos­tics. Ils ont dé­jà bat­tu suc­ces­si­ve­ment Caen (6e), Houilles (3e), Cer­gy-Pon­toise (7e), Com­piègne (5e), et Do­mont (4e). Tout le haut du ta­bleau y est pas­sé. Fa­vo­ris au dé­part du cham­pion­nat, ils ont dé­rou­lé leur bon­homme de che­min avec une belle ai­sance. Évreux peut-il faire un caillou dans leur chaus­sure ? Les Ébroï­ciens sont sur une dy­na­mique toute nou­velle. Leurs di­ri­geants avaient dé­ci­dé à l’in­ter­sai­son d’une ré­or­ga­ni­sa­tion de leur staff tech­nique. Franck De­le­ger, vingt ans de club, an­cien en­traî­neur de la pre­mière pen­dant sept ans, avait été rap­pe­lé aux af­faires. En quit­tant les ca­dets et les ju­niors dont il avait la charge, il avait dé­ci­dé de s’ad­joindre les ser­vices de Tho­mas Las­seur, l’an­cien res­pon­sable de l’école de rug­by. Avec Xa­vier Gau­dry nom­mé res­pon­sable de la mê­lée et le pré­pa­ra­teur phy­sique Ré­gis Guillaume, ce staff mai­son a chan­gé les ha­bi­tudes tout en bé­né­fi­ciant d’ar­ri­vées mas­sives. Trente joueurs ont in­té­gré l’ef­fec­tif se­niors, des re­crues, des an­ciens sur le re­tour, et des ju­niors mon­tants, pour gon­fler l’ef­fec­tif à quatre-vingts joueurs. Il y a de la main-d’oeuvre, et elle a été mise au tra­vail. « Nous vou­lions bien dé­mar­rer, alors nous n’avons pas cou­pé pen­dant l’été, ex­plique Franck Dé­lé­ger. Nous avons main­te­nu deux séances par se­maine, ce qui nous a per­mis d’en­ta­mer le cham­pion­nat dans de bonnes dis­po­si­tions. Ce­la a créé une bonne dy­na­mique. » Leur seule dé­faite a été en­re­gis­trée à Do­mont, là où Sarcelles s’est im­po­sée aux for­ceps

(12-17). « Jouer la pre­mière place, fran­che­ment, on n’y pen­sait pas, avoue Franck De­lé­ger. Et tout aus­si fran­che­ment, dans notre si­tua­tion, nous ci­blons da­van­tage la ré­cep­tion de Caen dans dix jours que ce dé­pla­ce­ment chez cette belle équipe. Mais l’op­por­tu­ni­té est là, alors pour­quoi ne pas es­sayer de la sai­sir ? »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.