LE CHOC DE LA FÉ­DÉ­RALE 3 !

TOUTES LES DEUX CO­LEA­DERS IN­VAIN­CUS, LES ÉQUIPES DE SAINTDENIS ET COUR­BE­VOIE SE LI­VRE­RONT À UN DUEL DE FEU CE WEEK-END. L’EN­JEU : LA PRE­MIÈRE PLACE POUR ÉVI­TER DE CROI­SER SARCELLES.

Midi Olympique - - Ovalie | Actualité - Par Guillaume CYPRIEN

Le match le plus al­lé­chant du cham­pion­nat de Fé­dé­rale 3 se dé­rou­le­ra ce week-end en Ile-de-France. SaintDenis ac­cueille­ra Cour­be­voie pour le choc de la poule 2, la seule qui compte en­core deux équipes in­vain­cues - jus­qu’à di­manche - et qui sur­volent les dé­bats. Leur main­mise sur leur groupe n’est pas du tout une sur­prise. Sans un in­croyable pas­sage à vide la sai­son der­nière contre Pon­tault-Com­bault sur le match de la mon­tée en Fé­dé­rale 2, Cour­be­voie y joue­rait. Ce lea­der d’hier l’est res­té au­jourd’hui. Re­lé­gué ad­mi­nis­tra­ti­ve­ment de­puis la Fé­dé­rale 2 pour un bud­get ju­gé in­sin­cère, SaintDenis était par­ve­nu mal­gré sa re­lé­ga­tion à conser­ver qua­tre­vingts pour cent de son ef­fec­tif. En Fé­dé­rale 2, cet ef­fec­tif avait fait ses preuves. En Fé­dé­rale 3, il do­mine les dé­bats. Ce qui frappe en re­vanche, dans la fa­çon dont ces deux équipes ont pris l’ha­bi­tude d’in­fli­ger à tout un cha­cun des scores sans ap­pel, c’est qu’elles se ba­ladent dans un groupe a prio­ri ju­gé très « cor­sé ». Au­cun pro­mu n’y fi­gure, et quelques qua­li­fiés de la sai­son der­nière y ont été pla­cés aux cô­tés de trois re­lé­gués de la Fé­dé­rale 2. Mas tout ce pe­tit monde a été re­lé­gué loin der­rière leurs deux courses folles - le pre­mier pour­sui­vant se trouve qua­torze points der­rière - et l’une de ces deux équipes, c’est dé­sor­mais cer­tain, fi­ni­ra à la pre­mière place. C’est tout l’en­jeu de leur op­po­si­tion di­recte.

« ÉVI­TER SARCELLES ?

ON N’Y PENSE PAS EN­CORE… »

Ce groupe croi­se­ra lors des phases fi­nales avec ce­lui de Sarcelles, qui do­mine pa­reille­ment sa poule. En l’état ac­tuel de la si­tua­tion, le pre­mier de la poule évi­te­ra un duel in­cer­tain contre les joueurs du Val d’Oise. Les se­conds n’y cou­pe­ront pas. « Ce n’est pas faux, mais on ne va pas com­men­cer à pen­ser à la mon­tée au mois de no­vembre, a com­men­té Do­mi­nique Rose de­puis Cour­be­voie. Nous sommes en­core dans une pé­riode de construc­tion. Ce match vaut sur­tout pour ce qu’il nous di­ra de nous­mêmes, sur notre ni­veau réel par rap­port à une équipe as­sez im­pres­sion­nante. »

Contrai­re­ment à Cour­be­voie qui a connu un match un peu ac­cro­ché à Su­cy-en-Brie (3-13), l’équipe de Saint-De­nis a tou­jours in­fli­gé vingt points d’écart à ses ad­ver­saires. « Nous met­tons tou­jours un peu de temps à ren­trer dans les par­ties, mais dès que le dé­clic a eu lieu, les joueurs jouent à leur ni­veau, ex­plique son en­traî­neur Jo­na­than Mar­quet. Ils étaient des joueurs de Fé­dé­rale 2, et le sont res­tés. » Avec à son re­lais la troi­sième ligne très com­plète com­po­sée de Frantz Jan­vier, Maxime Pe­li­to, et Ma­ma­dou Dia­kite, la ligne de trois-quarts par­vient à im­pri­mer une vi­tesse su­pé­rieure au jeu. « Sau­rons-nous y ré­sis­ter et im­po­ser notre rythme à notre tour ? C’est la clé de ce match, ima­gine Do­mi­nique Rose. Nos deux équipes jouent beau­coup et ce se­ra un match énorme. Nous sommes très contents de vivre ce mo­ment à cet ins­tant de la sai­son. »

Pho­to DR

Un seul club res­te­ra in­vain­cu après cette confron­ta­tion de la poule 2 entre Saint-De­nis,ici en pho­to, et Cour­be­voie.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.