Im­pôts Ce qui vous at­tend en 2018

Mieux Vivre Votre Argent - - LA UNE - Bar­ba­ra Va­cher

L’IFI. Bye bye l’ISF, l’im­pôt sur la fortune, place à l’IFI, l’im­pôt sur la fortune im­mo­bi­lière. La nou­velle ver­sion de l’im­pôt des « riches » ci­ble­ra uni­que­ment les ac­tifs im­mo­bi­liers en ex­cluant de son as­siette de taxa­tion les pla­ce­ments fi­nan­ciers, l’épargne et les autres va­leurs qui en­traient pré­cé­dem­ment dans le cal­cul de l’ISF. L’IFI est l’un des ou­tils du Gou­ver­ne­ment pour en­cou­ra­ger l’in­ves­tis­se­ment dans les en­tre­prises fran­çaises. Sa mise en place est at­ten­due dès 2018. Si le pré­sident de la Ré­pu­blique res­pecte sa pro­messe de cam­pagne, au­cun contri­buable as­su­jet­ti à l’ISF ne de­vrait consta­ter une aug­men­ta­tion de son im­pôt. En re­vanche, l’in­ter­ro­ga­tion de­meure quant à la taxa­tion des SCPI, un pla­ce­ment 100 % im- mo­bi­lier, et celle des OPCI, qui com­portent aus­si une part d’ac­tifs im­mo­bi­liers.

La sup­pres­sion de la taxe d’ha­bi­ta­tion. Ce fut de loin la me­sure la plus po­pu­laire de la cam­pagne d’Em­ma­nuel Ma­cron. La sup­pres­sion de cette taxe pour 80 % des Fran­çais re­pré­sen­te­rait une vé­ri­table aug­men­ta­tion de leur pou­voir d’achat. La me­sure de­vrait être pro­gres­si­ve­ment mise en place entre 2018 et 2020. Elle coû­te­rait quelque 10 mil­liards d’eu­ros aux col­lec­ti­vi­tés ter­ri­to­riales que l’Etat a pro­mis de com­pen­ser in­té­gra­le­ment. Ou presque : en juillet, le Gou­ver­ne­ment a an­non­cé un pro­jet de ré­vi­sion des va­leurs lo­ca­tives sur la base des­quelles sont cal­cu­lés les im­pôts lo­caux, ain­si qu’une an­nu­la­tion de 300 mil­lions d’eu­ros de cré­dits aux col­lec­ti­vi­tés ter­ri­to­riales qui de­vaient leur être ac­cor­dés en 2017.

C’est sur le plan de l’im­mo­bi­lier que l’im­po­si­tion de votre pa­tri­moine et de vos re­ve­nus pour­rait le plus bou­ger en 2018. Tour d’ho­ri­zon des prin­ci­pales an­nonces es­ti­vales du Gou­ver­ne­ment.

La re­mise en cause pos­sible du Pi­nel. Epin­glée par la Cour des comptes dans un rap­port sur l’état des fi­nances pu­bliques pa­ru en juin, la loi de dé­fis­ca­li­sa­tion Pi­nel voit son ave­nir s’as­som­brir. Du moins à moyen terme. De­vant l’en­goue­ment des in­ves­tis­seurs pour ce dispositif, et pour ne pas ef­frayer le mar­ché im­mo­bi­lier, le mi­nistre de la Co­hé­sion des ter­ri­toires, Jacques Mé­zard, a dé­cla­ré qu’il ne sou­hai­tait pas un « ar­rêt bru­tal » de l’avan­tage fiscal. Ce der­nier, qui pren­dra fin le 31 dé­cembre 2017, de­vrait ain­si être pro­lon­gé en 2018, mais son ap­pli­ca­tion pour­rait être ré­duite aux ter­ri­toires les plus ten­dus.

Va­leurs lo­ca­tives, loi Pi­nel, ac­tifs im­mo­bi­liers sont dans le col­li­ma­teur des pro­jets de ré­forme lé­gis­la­tive.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.