LA TEN­DANCE

La vi­gi­lance doit res­ter de mise

Mieux Vivre Votre Argent - - SOMMAIRE - Bru­no Kus

Confron­tés à un flux d’in­di­ca­teurs as­sez contra­dic­toires, les mar­chés sont res­tés éton­nam­ment stoÔques sur la pre­mière par­tie de l’été. A Pa­ris, l’in­dice CAC 40 a, certes, su­bi quelques prises de bé­né­fices, mais le consen­sus reste tou­jours po­si­tif, tan­dis qu’à Wall Street, les va­leurs tech­no­lo­giques du Nas­daq continuent de battre de nou­veaux re­cords. Il y a pour­tant des rai­sons de res­ter pru­dent au-de­là des bonnes nou­velles que consti­tue la publication des ré­sul­tats de so­cié­tés, sou­vent su­pé­rieurs aux at­tentes pour le pre­mier se­mestre.

Flot­te­ments aux Etats-Unis. Tout d’abord, la pro­ba­bi­li­té de voir Do­nald Trump mettre en oeuvre ses pro­messes de cam­pagne a beau­coup di­mi­nué. Le pré­sident amé­ri­cain se ré­vèle in­ca­pable de ral­lier une ma­jo­ri­té du Congrès à ses idées. Après l’échec de la ré­forme du sys­tème de pro­tec­tion so­ciale, l’Oba­ma­care, les pro­grammes de ré­duc­tion d’im­pôt et de re­lance bud­gé­taire pour­raient être re­vus à la baisse, voire re­por­tés. Or, c’est sur la pers­pec­tive de cette po­li­tique que les in­ves­tis­seurs ont bâ­ti des pré­vi­sions op­ti­mistes pour les en­tre­prises amé­ri­caines en 2017 et 2018. Le Fonds mo­né­taire in­ter­na­tio­nal en a ti­ré les conclu­sions et ne pré­voit plus qu’une crois­sance de 2,1 % du PIB amé­ri­cain pour cette an­née, contre 2,3 % au­pa­ra­vant.

Vers un res­ser­re­ment des li­qui­di­tés. L’autre grande in­cer­ti­tude porte sur la stra­té­gie des banques cen­trales. Si la Ré­serve fé­dé­rale amé­ri­caine confirme son in­ten­tion de ré­duire la taille de son bi­lan as­sez ra­pi­de­ment, elle évoque tou­te­fois un faible ni­veau d’in­fla­tion, sus­cep­tible de l’ame­ner à tem­po­ri­ser le re­lè­ve­ment de ses taux di­rec­teurs. D’où un af­fai­blis­se­ment as­sez spec­ta­cu­laire du dol­lar par rap­port à l’eu­ro, ce qui pro­fite aux en­tre­prises amé­ri­caines au dé­tri­ment de leurs concur­rentes eu­ro­péennes. De son cô­té, la Banque cen­trale eu­ro­péenne (BCE) en­tre­tient le doute sur le ca­len­drier du res­ser­re­ment de sa po­li­tique mo­né­taire, mais quoi qu’il en soit, les in­ves­tis­seurs vont de­voir in­té­grer l’hy­po­thèse d’une di­mi­nu­tion des li­qui­di­tés dans les cir­cuits fi­nan­ciers et cette pers­pec­tive peut créer de l’in­sta­bi­li­té. Les mar­chés pour­raient donc man­quer de car­bu­rant, sur­tout si la confu­sion s’ac­cen­tue aux Etats-Unis ou si le contexte géo­po­li­tique ve­nait à se dé­gra­der .

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.