Le li­vret A coûte plus qu’il ne rap­porte

Mieux Vivre Votre Argent - - SOMMAIRE - Bap­tiste Ju­lien Blan­det

Com­ment an­non­cer que l’on n’uti­li­se­ra fi­na­le­ment pas la nou­velle for­mule de cal­cul du li­vret A ? Tout sim­ple­ment en at­ten­dant les pre­miers grands dé­parts en va­cances et en pro­fi­tant de l’au­baine d’un long week-end du 14 juillet. Alors que les in­di­ca­teurs poin­taient vers un re­lè­ve­ment du taux pra­ti­qué, à par­tir du 1er août, le Gou­ver­ne­ment a uti­li­sé ce tour de pas­se­passe pour évi­ter de faire des vagues dans l’opinion. Chez les épar­gnants, la dé­cep­tion est d’au­tant plus grande que la nou­velle for­mule, éla­bo­rée à la fin de no­vembre 2016, de­vait mieux te­nir compte des va­ria­tions de l’in­fla­tion. Et la Banque de France l’avoue : « L’ap­pli­ca­tion mé­ca­nique de la for­mule au­rait pu conduire à re­le­ver, au 1er août 2017, le taux du li­vret A de 0,75 à 1 %. » Que s’est-il donc pas­sé pour que le Gou­ver­ne­ment use de son droit de ve­to ? Ce­la tien­drait à la mol­lesse de la hausse des prix dans l’Hexa­gone. « L’in­fla­tion a di­mi­nué en fin de se­mestre et reste au­jourd’hui mo­dé­rée, à 0,7 % à la fin de juin, du fait no­tam­ment d’un re­tour d’une ten­dance à la baisse des prix de l’éner­gie », ar­gu­mente l’Ins­ti­tu­tion. Ce n’est pas la pre­mière fois que la for­mule n’est pas ap­pli­quée.

Une ré­mu­né­ra­tion in­fé­rieure au coût de la vie. Sur les vingt-cinq der­nières an­nées, les chan­ge­ments de taux ont moins ré­per­cu­té la baisse des prix que la for­mule du mo­ment ne le pré­co­ni­sait, en rai­son no­tam­ment d’une bo­ni­fi­ca­tion au­to­ma­tique de 0,25 % – qui est à pré­sent op­tion­nelle – et aus­si de choix po- li­tiques des gou­ver­ne­ments suc­ces­sifs. Si bien que votre épargne pla­cée sur le li­vret A pro­gres­sait jus­qu’à pré­sent plus vite que la hausse des prix (voir gra­phique ci-des­sus). De­puis le 1er août der­nier, ce n’est plus le cas. Et, au mieux, vos ca­pi­taux vont stag­ner d’ici à la pro­chaine ré­vi­sion, qui se­ra an­non­cée au­tour du 15 jan­vier 2018 pour s’ap­pli­quer au 1er fé­vrier 2018. Mais, à vrai dire, il est plus pro­bable que, d’ici là, votre épargne avance bien moins vite que l’évo­lu­tion des prix, qui elle, à la fa­veur d’une très bonne san­té éco­no­mique de la zone eu­ro, a toutes les chances de dé­pas­ser les 1 %, comme ce fut le cas en dé­but d’an­née. Plus l’in­fla­tion va s’éle­ver, plus votre manque à ga­gner va gros­sir : 2,50 eu­ros pour 1 000 eu­ros pla­cés pen­dant un an avec une in­fla­tion à 1 %, 5 eu­ros pour une hausse des prix de 1,25 %. La reprise éco­no­mique ne va donc pas pro­fi­ter à votre épargne de pré­cau­tion… du moins jus­qu’au dé­but de 2018.

Le Gou­ver­ne­ment re­nonce à re­le­ver le taux du li­vret A, mal­gré la hausse pro­bable des prix.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.