Banque : des clients très sur­veillés

Mieux Vivre Votre Argent - - SOMMAIRE - Sil­via Si­mao

Trac­fin, la cel­lule de ren­sei­gne­ment fi­nan­cier de Ber­cy, vient de pu­blier son rap­port 2016. Avec des chiffres édi­fiants. L’an­née der­nière a, en ef­fet, été his­to­rique : 62 259 si­gna­le­ments ont été re­cueillis, soit une hausse de 44 % par rap­port à 2015.

Les par­ti­cu­liers dans le col­li­ma­teur. Par­mi ces « dé­non­cia­tions », 94 % pro­viennent du sec­teur fi­nan­cier, banques en tête : 46 901 dé­cla­ra­tions ont été ef­fec­tuées, en pro­gres­sion de 50 % sur un an. Sept ré­seaux en par­ti­cu­lier ont été très ac­tifs : BNP Pa­ri­bas, BPCE, Cré­dit Agri­cole, Cré­dit Mu­tuel-CIC, HSBC, La Banque Pos­tale et la So­cié­té Gé­né­rale. Cô­té banques en ligne, la pro­gres­sion est ful­gu­rante : + 70 % (de 248 à 421 si­gna­le­ments). Si les banques sont sous la pres­sion du ré­gu­la­teur pour le blan­chi­ment d’ar­gent – l’Au­to­ri­té de contrôle pru­den­tiel et de ré­so­lu­tion a in­fli­gé cet été des amendes à BNP Pa­ri­bas et à la So­cié­té Gé­né­rale (res­pec­tive- ment de 10 et 5 mil­lions d’eu­ros) pour des in­suf­fi­sances dans leur dispositif de lutte –, elles ont ren­for­cé leur sur­veillance sur les par­ti­cu­liers. Le rap­port sou­ligne ain­si que l’es­sen­tiel des dé­non­cia­tions concerne des dos­siers à faible en­jeu fi­nan­cier, por­tant, par exemple, sur de l’ac­ti­vi­té ou des do­na­tions non dé­cla­rées. Cette fraude fis­cale est dé­sor­mais le pre­mier mo­tif des af­faires trans­mises par Trac­fin à la jus­tice (voir gra­phique). La dé­tec­tion des in­frac­tions liées à des ré­seaux d’es­cro­que­rie ou à la cri­mi­na­li­té or­ga­ni­sée reste, elle, peu ef­fi­cace, « faute d’un réel tra­vail d’ana­lyse de la part des banques ».

Une qua­ran­taine de pro­fes­sions sur­veillent leurs clients pour le compte de Trac­fin.

Le top 10 des in­frac­tions si­gna­lées à la jus­tice

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.