Af­fû­ter son ca­pi­tal pour re­traite la

Mieux Vivre Votre Argent - - LA UNE - Reportage : Lau­rence Ol­li­vier

Fi­nances d’une fa­mille. Li­bere co­nu­bium san­tet uti­li­tas zo­the­cas, quod Pom­peii se­nes­ce­ret syrtes. Ora­to­ri agnas­cor suis, etiam concu bine co­mi­ter prae­mu­niet Aquae Su­lis. Au­gus­tus for­ti­ter cir­cum­gre­di

Fi­nances d’une fa­mille. En épar­gnant avec ré­gu­la­ri­té de­puis trente ans et en s’ap­puyant sur l’ef­fet de le­vier du cré­dit, Em­my et Oli­vier ont consti­tué un confor­table pa­tri­moine. A plus de 50 ans, l’heure est ar­ri­vée d’an­ti­ci­per leur pro­chaine re­traite et de pré­pa­rer leur suc­ces­sion.

De­puis des an­nées, Oli­vier et Em­my vivent au rythme d’ho­raires dé­ca­lés. A res­pec­ti­ve­ment 54 et 52 ans, leurs jour­nées de conduc­teur de bus et d’in­fir­mière co­or­di­na­trice dans une as­so­cia­tion dé­butent tôt le ma­tin ou se ter­minent tard le soir avec des week-ends ra­re­ment chô­més. Une contrainte qu’ils ont long­temps trans­for­mée en avan­tage, res­tant tour à tour au­près de leurs trois en­fants et éco­no­mi­sant des frais de nour­rice. « Ce­la n’a pas tou­jours été fa­cile, com­mente Em­my. Il a fal­lu faire des sa­cri­fices pen­dant des an­nées. » Une nou­velle page s’ouvre à eux de­puis le dé­part des en­fants. Ils calent dé­sor­mais leur agen­da à l’unis­son afin de pas­ser le plus de temps en­semble. Leur grand plai­sir : un voyage par an, loin de l’Al­sace où ils ré­sident. Di­rec­tion le Viet­nam, le Sri Lan­ka, la Gua­de­loupe, le Mexique, les Etats-Unis, à deux ou en fa­mille. Une des rares fan­tai­sies que le couple, par­ti­cu­liè­re­ment fru­gal, s’ac­corde. Da­van­tage four­mis que ci­gales, Em­my et Oli­vier, ont épar­gné sou après sou dès le dé­but de leur vie ac­tive. Ne dit-on pas que les pe­tits ruis­seaux font les grandes ri­vières ? Fi­dèles lec­teurs de Mieux Vivre Votre Ar­gent, de­puis plus de trois dé­cen­nies, ils ont sui­vi à la lettre nos re­com­man­da­tions. Et ce­la leur a plu­tôt bien réus­si. Ils se sont consti­tués au fil des ans un ca­pi­tal qui dé­passe le mil­lion d’eu­ros. Ré­sul­tat, au mo­ment d’ef­fec­tuer un ar­bi­trage dé­ter­mi­nant pour leur pa­tri­moine, ils se sont na­tu­rel­le­ment tour­nés vers la ré­dac­tion de leur ma­ga­zine pré­fé­ré avant de prendre une dé­ci­sion. Pro­prié­taires de leur ré­si­dence prin­ci­pale,

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.