Un mar­ché en panne d’idées

Mieux Vivre Votre Argent - - SOMMAIRE - Fré­dé­ric Bé­riot

La ren­trée n’au­ra pas per­mis à la Bourse de Pa­ris de re­trou­ver un nou­veau souffle. Celle-ci conti­nue tou­jours de man­quer cruel­le­ment de di­rec­tion de­puis le mou­ve­ment de prises de bé­né­fices du dé­but du mois de mai, consé­cu­tif à la le­vée du risque po­li­tique en France avec l’élec­tion du pré­sident Ma­cron. Pour­tant, les nou­velles sont plu­tôt bonnes en zone eu­ro. La crois­sance ac­cé­lère, avec une hausse de 2,3 % du PIB au deuxième tri­mestre en rythme an­nuel et un taux de chô­mage en re­cul, à 9,1 % en juillet (contre 10 % un an au­pa­ra­vant). Les en­tre­prises en pro­fitent avec la pu­bli­ca­tion de comptes se­mes­triels de qua­li­té et de mes­sages en­cou­ra­geants qui va­lident les an­ti­ci­pa­tions d’une pro­gres­sion de 10,4 % des pro­fits sur l’an­née.

Wall Street tou­jours très cher. Pa­ra­doxa­le­ment, la vi­si­bi­li­té n’est pas aus­si bonne aux Etats-Unis puisque les pers­pec­tives de crois­sance sont ra­bais­sées à 2,1 % pour cette an­née. Elles sont pé­na­li­sées par les consé­quences des ou­ra­gans et sur­tout par l’in­ca­pa­ci­té du pré­sident Trump à faire vo­ter les baisses d’im­pôt et son plan d’in­ves­tis­se­ment sur les in­fra­struc­tures. Mais Wall Street campe tou­jours sur ses re­cords his­to­riques. Et ce, mal­gré des ra­tios de va­lo­ri­sa­tion beau­coup plus ten­dus qu’à Pa­ris (PER de 17,9 fois cette an­née contre 14,8 fois sur le CAC 40) pour des pré­vi­sions de hausse de pro­fits à peine su­pé­rieures sur l’an­née (+11,7 % contre +10,4 % pour le CAC 40).

L’eu­ro fort pèse sur Pa­ris. Certes, le re­lè­ve­ment pour trois mois du pla­fond de la dette aux Etats-Unis consti­tue une ex­cel­lente nou­velle, de na­ture à évi­ter un blo­cage des ad­mi­nis­tra­tions très pré­ju­di­ciable pour la crois­sance amé­ri­caine, mais l’écart de per­for­mance entre Pa­ris et Wall Street pro­vient avant tout de l’avan­tage com­pé­ti­tif lié à la fai­blesse du dol­lar. Le billet vert pro­fite de la po­li­tique mo­né­taire fi­na­le­ment plus ac­com­mo­dante que pré­vu de la banque cen­trale amé­ri­caine et il n’est pas cer­tain que la Fed re­lève ses taux di­rec­teurs en fin d’an­née. Il fau­dra sans doute at­tendre la pu­bli­ca­tion en oc­tobre des ré­sul­tats du troi­sième tri­mestre pour avoir un peu plus de vi­si­bi­li­té et es­pé­rer que la Bourse de Pa­ris re­parte de l’avant. Sauf en cas d’es­ca­lade des ten­sions géo­po­li­tiques avec la Co­rée du Nord.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.