Amun­di ré­cu­père la Cor­beille

Mieux Vivre Votre Argent - - VOTRE ARGENT -

L’épargne sa­la­riale tient une place à part dans l’épargne des Fran­çais. Con­trai­re­ment à l’as­su­rance vie ou au li­vret A, ce n’est pas un pla­ce­ment choi­si mais « im­po­sé ». En ef­fet, de­puis exac­te­ment cin­quante ans, c’est votre en­tre­prise, quelle que soit sa taille, qui dé­cide de la mettre en place ou pas. Ain­si, elle choi­sit le pres­ta­taire, liste avec lui les fonds pro­po­sés, dé­cide de la ma­nière dont elle se­ra ali­men­tée : par­ti­ci­pa­tion, in­té­res­se­ment, abon­de­ment, ac­tions gra­tuites… (voir p. 68). Sur­tout, elle dé­ter­mine le type d’en­ve­loppe que les sa­la­riés pour­ront uti­li­ser : plan d’épargne en­tre­prise (PEE), plan d’épargne re­traite col­lec­tif (Per­co) ou contrat re­traite ar­ticle 83, ain­si que les ver­sions in­ter-en­tre­prises. Si vous bé­né­fi­ciez d’un tel dis­po­si­tif, comme de nom­breux sa­la­riés, vous êtes sans doute très sa­tis­fait de cette op­por­tu­ni­té. Mais à vrai dire, vous faites preuve de pas­si­vi­té, voire d’in­dif­fé­rence. Ce­la ne doit pas vous em­pê­cher d’éva­luer la pres­ta­tion, ne se­rait-ce que pour faire re­mon­ter vos at­tentes et sug­ges­tions à votre em­ployeur. C’est tout l’ob­jec­tif de notre Cor­beille Epargne sa­la­riale mise en place de­puis 2012. Ain­si, an­née après an­née, vous pou­vez ap­pré­cier si le te­neur de compte s’amé­liore ou pas, en par­ti­cu­lier en termes de qua­li­té de ges­tion des fonds pro­po­sés. Et là, ce su­jet vous place en pre­mière ligne.

Res­tez à l’écart des fonds de tré­so­re­rie !

Si vous n’avez pas eu le choix d’ou­vrir un compte d’épargne sa­la­riale, c’est tou­te­fois vous qui in­di­quez où les sommes, que vous per­ce­vez doivent être in­ves­ties. Long­temps, à dé­faut de pré­ci­sions de votre part, elles étaient pla­cées dans un fonds de tré­so­re­rie. Au­jourd’hui, la loi Ma­cron a im­po­sé que les sommes al­lant sur un Per­co soient par dé­faut orien­tées sur la ges­tion pi­lo­tée. Il faut consta­ter qu’à l’image des fonds en eu­ros, qui sont de proches cou­sins, les ren­de­ments des pla­ce­ments de très court terme ne sont plus au ren­dez-vous. Par exemple, les tré­so­re­ries dy­na­miques af­fichent un gain de + 0,84 % sur un an et + 5,11 % sur cinq ans. Quant aux tré­so­re­ries ré­gu­lières, elles re­culent de - 0,17 % sur un an et font du sur­place sur cinq ans (+ 0,10 %)… Nous avons dé­jà pris en compte cette évo­lu­tion dans nos pré­cé­dentes édi­tions. En 2016, nous avons ré­duit le poids des Si­cav mo­né­taires dans la no­ta­tion à seule­ment 20 % (voir p.74). Cette an­née est cer­tai­ne­ment la der­nière où nous les conser­vons. Voi­là pour­quoi nous avons dé­ci­dé de ne pas mettre en avant cette note car il est es­sen­tiel pour l’épar­gnant de faire ap­pel à d’autres sup­ports plus com­pé­ti­tifs. Un choix as­su­mé alors même que les meilleurs éta­blis­se­ments spé­cia­li­sés en épargne sa­la­riale doivent jus­te­ment leur clas­se­ment à ce type de pro­duits et qu’ils bé­né­fi­cient d’une nou­velle ca­té­go­rie, celle de la tré­so­re­rie dy­na­mique. Cette der­nière, au lieu de suivre un in­dice de ré­fé­rence comme l’Eo­nia, vise à le battre sys­té­ma­ti­que­ment en cher­chant le meilleur ren­de­ment au jour le jour. Fort heu­reu­se­ment, les FCPE dans les autres classes d’ac­tifs n’ont pas dé­mé­ri­té, à com­men­cer par les fonds di­ver­si­fiés, où là aus­si nous avons ajou­té une ca­té­go­rie : les flexibles.

di­rec­teur gé­né­ral d’Amun­di

Yves Per­rier,

Le ges­tion­naire re­trouve la pre­mière marche du po­dium après deux an­nées pas­sées au se­cond rang. COR­BEILLE ÉPARGNE SA­LA­RIALE Amun­di.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.