Pri­meurs, les belles sur­prises de 2017

Mieux Vivre Votre Argent - - Sommaire -

Après le flam­boyant 2016, le mil­lé­sime 2017 est aty­pique en rai­son du gel prin­ta­nier dé­vas­ta­teur pour nombre de châ­teaux. Mais la qua­li­té est au ren­dez-vous et, à condi­tion de faire le tri, de bonnes af­faires sont à la clé. En­quête : Georges Ros­top­chin

Dé­but avril, lors de la tra­di­tion­nelle se­maine de pré­sen­ta­tion et de dé­gus­ta­tion des pri­meurs dans les châ­teaux du Bor­de­lais, la ques­tion était sur toutes les lèvres : que va ré­ser­ver le mil­lé­sime 2017, en cours d’éle­vage et qui ne se­ra mis en bou­teille que dans deux ans ? Une in­ter­ro­ga­tion lé­gi­time, car l’an­née a été mar­quée par des condi­tions cli­ma­tiques ex­cep­tion­nelles. Le gel a, en ef­fet, frap­pé les 20 et 21 avril, puis de nou­veau les 27 et 28 avril. Pour des­cendre jus­qu’à -5°C dans le Mé­doc.

Si plu­sieurs do­maines ont été to­ta­le­ment épar­gnés dans le nord de l’ap­pel­la­tion, comme à Saint-Es­tèphe, à SaintJu­lien ou à Pauillac, d’autres, prin­ci­pa­le­ment à Pes­sacLéo­gnan, à Po­me­rol ou à Saint-Emi­lion, ac­cusent des pertes consi­dé­rables. Cer­tains ne sont même pas en me­sure de pré­sen­ter de vin du tout, tels An­glu­det, Cli­mens, Cor­bin et Grand Cor­bin-Des­pagne, Fieu­zal ou en­core La­roze. On es­time que 30 à 50% de la ré­colte a été dé­truite dans l’en-

semble de la ré­gion bor­de­laise, soit un vo­lume éva­lué à quelque 240 mil­lions de litres.

Qu’en est-il de la qua­li­té ? Pas ques­tion pour les do­maines concer­nés d’abais­ser leur ni­veau d’exi­gence. Tous ont pris soin de sé­lec­tion­ner les plus belles grappes pour être cer­tains d’éla­bo­rer leur vin dans les meilleures condi­tions et d’en pré­ser­ver l’iden­ti­té. Pour ce­la, les pro­prié­taires tou­chés par le gel ont dû dé­ve­lop­per des moyens hu­mains et tech­niques im­por­tants. « Nous avons réus­si à pro­té­ger les plus belles par­celles des ge­lées grâce à l’usage d’un hé­li­co­ptère au pe­tit ma­tin dès que la tem­pé­ra­ture a at­teint - 3 °C pour ra­battre les masses d’air chaud vers le sol ; grâce aus­si au net­toyage ma­nuel de chaque ra­meau et au re­cours à un drone sur­vo­lant les vignes », confirme Fré­dé­ric Faye, le di­rec­teur de Châ­teau-Fi­geac (saint-émi­lion). A Haut-Bailly (pes­sac-léo­gnan), où un tiers de la ma­gni­fique pro­prié­té de 30 hec­tares a été tou­ché par le gel, la di­rec­trice, Vé­ro­nique San­ders, a dé­ci­dé d’ins­tal­ler des feux de bois pour pro­té­ger les par­celles basses. Même dé­marche à La Do­mi­nique (saint-émi­lion), où plus de 40 mètres cubes de bois ont été brû­lés pour sau­ver de pré­cieuses cen­taines de mètres car­rés de vigne. Dans leurs plus belles pro­prié­tés de Po­me­rol, Ch­ris­tian et Edouard Moueix ont mo­bi­li­sé une tren­taine d’ou­vriers agri­coles en pleine nuit pour ins­tal­ler des bou­gies spé­ciales dans l’es­poir de ré­chauf­fer les pieds de vigne. Ailleurs en­core, cer­tains ont ar­ro­sé les ceps par le haut pour pro­té­ger le vé­gé­tal en créant une gangue de glace qui a fon­du len­te­ment au le­ver du so­leil ou ont ins­tal­lé des tours à vent, sorte d’éo­liennes mo­biles ca­pables de ré­chauf­fer l’air am­biant sur près de 5 hec­tares.

Une grande an­née pour les vins blancs secs

Mais cet épi­sode de gel a aus­si été l’oc­ca­sion pour plu­sieurs pro­prié­tés de se tour­ner vers une stra­té­gie bio, comme pour Four­cas-Hos­ten (lis­trac-mé­doc), dont les frères pro­prié­taires, Laurent et Re­naud Mom­mé­ja, ac­cé­lèrent cette an­née la conver­sion en bio­dy­na­mie avec de nou­veaux plants sur 16 hec­tares

D’autres ont dé­ci­dé d’ef­fec­tuer un en­cé­pa­ge­ment dif­fé­rent. Quitte à mo­di­fier les as­sem­blages. L’Evan­gile (po­me­rol) est ain­si pas­sé de 26% de ca­ber­net franc en 2016 à tout juste 10 % pour le mil­lé­sime 2017. Quant à Four­cas-Hos­ten, qui a su­bi 20 % de pertes, il a dû ré­duire sa part de mer­lot et favoriser le ca­ber­net-sau­vi­gnon (66% en 2017 contre 55 % en 2016). Même constat à La Gaf­fe­lière (saint-émi­lion), où Alexandre de Ma­let Ro­que­fort, le di­rec­teur du châ­teau, a pri­vi­lé­gié le ca­ber­net franc (45% contre moins de 20%) pour com­pen­ser les pertes de mer­lot. In fine, 2017 est in­con­tes­ta­ble­ment une grande réus­site pour les vins blancs secs, bien su­pé­rieurs aux deux mil­lé­simes pré­cé­dents. Les cé­pages comme le sé­millon et le sau­vi­gnon blanc ont bé­né­fi­cié d’une forte aci­di­té et d’une bonne ri­chesse en sucre, ce qui leur confère un très bel équi­libre avec beau­coup de pré­ci­sion et de fi­nesse. Chez Four­cas-Hos­ten, par exemple, le blanc 2017 est sans doute le plus abou­ti de l’his­toire du vi­gnoble. Les Do­maine de Che­va­lier (pes­sac-léo­gnan), Pa­villon Blanc de Châ­teau Mar­gaux (mar­gaux) et Châ­teau Haut-Brion (pes­sac-léo­gnan) sont éga­le­ment de très belles réus­sites. « Dans la ré­gion des graves et de Pes­sac-Léo­gnan, la ré­colte a été l’une des plus pré­coces des dix der­nières an­nées », rap­pelle Axel Mar­chal, maître de confé­rences à l’Ins­ti­tut des sciences de la vigne et du vin (ISVV) de l’uni­ver­si­té de Bor­deaux. Un gage de qua­li­té.

L’épi­sode de gel a contraint les pro­prié­taires à mo­di­fier leurs as­sem­blages

Cô­té rouges, c’est plus hé­té­ro­gène. « Le temps gris, frais et plu­vieux des deux pre­mières se­maines de sep­tembre n’a pas été pro­pice à la ma­tu­ra­tion com­plète des dif­fé­rents cé­pages rouges, pour­suit Axel Mar­chal. Même si les ca­ber­nets­sa uvi­gnons, plus tar­difs que les mer­lots, ont moins souf­fert du gel et ont pu être ré­col­tés à ma­tu­ri­té. » Ré­sul­tat : le mil­lé­sime af­fiche des vins moins riches et concen­trés que lors d’une grande an­née, mais ils bé­né­fi­cient d’une jo­lie cou­leur et d’un bon fruit. Ils sont d’une com­plexi­té agréable, sa­vou­reux, frui­tés et do­tés d’un po­ten­tiel de garde tout à fait sa­tis­fai­sant. « Dans l’en­semble, il s’agit d’un mil­lé­sime de grande qua­li­té sur les ter­roirs qui ont eu la chance de ne pas être tou­chés par le gel », sou­ligne Jean-Val­my Ni­co­las, gé­rant du châ­teau La Con­seillante, à Po­me­rol. Cette prime aux bons ter­roirs n’est pas un ha­sard. La plu­part des meilleurs vi­gnobles sont si­tués à proxi­mi­té de l’es­tuaire de la Ga­ronne. « Le fleuve a une in­fluence ré­gu­la­trice qui gé­nère un cli­mat plus doux », ex­plique Jean-Claude Fayat, pro­prié­taire du châ­teau La Do­mi­nique.

Cer­tains châ­teaux af­fichent des prix en baisse

Reste la ques­tion des prix. « Dif­fi­cile de des­si­ner une ten­dance gé­né­rale tant les dis­pa­ri­tés sont fortes d’un do­maine à l’autre », avance An­gé­lique de Lenc­que­saing, di­rec­trice gé­né­rale dé­lé­guée du site d’en­chères en ligne iDeal­wine. A l’ins­tar de Châ­teau Pal­mer (mar­gaux), en re­cul de 20% par rap­port au mil­lé­sime 2016, ou de Châ­teau Bra­naire-Du­cru (saint-ju­lien) qui perd 15%, cer­tains châ­teaux af­fichent dé­jà des di­mi­nu­tions de prix. L’en­semble des ta­rifs ne se­ra connu que dans le cou­rant du mois de juin, mais, même avec des ré­duc­tions de 10 à 20%, il ne faut pas ou­blier que 2017 ar­rive après deux an­nées ex­cel­lentes où les prix avaient flam­bé.

Il faut donc re­la­ti­vi­ser la baisse et, pour faire des af­faires, être très sé­lec­tif en mi­sant sur des crus clas­sés en pleine tran­si­tion ou des noms pres­ti­gieux sous-co­tés. Nous avons sé­lec­tion­né douze châ­teaux qui ont ti­ré leur épingle du jeu et qui mé­ritent le dé­tour dans une op­tique de plai­sir ou de va­lo­ri­sa­tion à long terme (voir ci­contre). Pour rap­pel, au mo­ment de la re­vente, la plus-va­lue est exo­né­rée si le prix de vente du lot est in­fé­rieur à 5 000 eu­ros. Si­non, il y a taxa­tion au taux for­fai­taire de 36,2% (19% de pré­lè­ve­ment for­fai­taire et 17,2% de pré­lè­ve­ments so­ciaux), sa­chant qu’avec l’abat­te­ment de 5 %, ap­pli­cable chaque an­née à par­tir de la troi­sième, l’in­ves­tis­se­ment en vin est non im­po­sable après vingt-deux ans.

Pour les bonnes af­faires, mi­sez sur des do­maines sous-co­tés ou en tran­si­tion

IAN WEST / HEMIS

Face au gQeul,elev­sa­crhéâs­tee­ra­vuexr ol­net­mé­liall­béos­ri­mé teo2u0te17s so­ret­nec­so­duert­sedch’én­lei­q­vau­gees pdoaunrst­lenst­cearv­dees pré­serd­vuerB­loersd­veil­ga­nise?s

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.