High-tech

Le charme dis­cret des li­seuses

Mieux Vivre Votre Argent - - Contents -

Ces ta­blettes dé­diées à la lec­ture re­cèlent de nom­breux atouts. Cer­taines ont la ca­pa­ci­té de sto­cker l’équi­valent d’une bi­blio­thèque de 6 000 livres. Banc d’es­sai de ces ob­jets aux airs aus­tères. En­quête : Si­mo­na Gou­chan

Si, de temps un temps, on ne croi­sait dans le mé­tro un voya­geur plon­gé dans son livre élec­tro­nique,on­pour­rait­pres­que­croi­reque les li­seuses ont ti­ré leur ré­vé­rence, sans crier gare. « Il s’en vend pour­tant quelque 400 000 à 500000uni­té­scha­quean­néeenF­rance.Ko­bo et Ama­zon se par­tagent l’es­sen­tiel du mar­ché à éga­li­té, à rai­son de 45% cha­cun », note Fa­bian Gu­mu­cio, di­rec­teur ventes et mar­ke­ting de la marque ca­na­dienne Ko­bo, par­te­naire de la Fnac. Et de pré­ci­ser : « Con­trai­re­ment à un smart­phone, la li­seuse ne s’adresse pas à tout le monde et, sur­tout, elle se garde long­temps.El­leest­prin­ci­pa­le­ment­des­ti­néeaux­gros­lec­teurs­qui passent au moins qua­rante mi­nutes par jour à lire.»

La spé­ci­fi­ci­té de ces ta­blettes par­ti­cu­lières ? L’écran à base d’encre élec­tro­nique, une tech­nique d’af­fi­chage qui ne né­ces­site pas d’éner­gie. Elle offre des condi­tions de lec­ture très proches de celles d’un livre pa­pier. Ré­sul­tat : peu de fa­tigue ocu­laire et la pos­si­bi­li­té de bou­qui­ner même en plein so­leil. Autres points forts, les nom­breux ré­glages sur me­sure, no­tam­ment le choix de la po­lice, de la taille de ca­rac­tères, de l’écar­te­ment des lignes ; la pos­si­bi­li­té de consul­ter un dic­tion­naire in­té­gré en ap­puyant lon­gue­ment sur un mot, d’annoter, de sur­li­gner des pas­sages, de voir le temps de lec­ture res­tant avant la fin du cha­pitre ou du livre.

Les ebooks jus­qu’à 30 % moins chers que les ver­sions pa­pier

Les mo­dèles ré­cents pro­posent tous un éclai­rage per­met­tant de lire dans le noir, cer­tains in­tègrent même un pa­ra­mè­trage gra­duel de la lu­mière bleue pour évi­ter de per­tur­ber le som­meil. Ils af­fichent des au­to­no­mies qui se me­surent en se­maines et la ma­jo­ri­té offre 8 Go de mé­moire. De quoi se ba­la­der avec une bi­blio­thèque pou­vant conte­nir jus­qu’à 6 000 livres, té­lé­char­gée en ligne grâce à la connexion wi-fi, et par­fois 3G. Quant aux fi­chiers, le for­mat ou­vert ePub (ac­cès libre) est le plus ré­pan­du, mais il n’est pas ac­cep­té par les li­seuses Kindle, Ama­zon ayant un for­mat pro­prié­taire, le KF8, com­pa­tible tou­te­fois avec d’autres ex­ten­sions.

Les li­seuses sont par ailleurs éco­no­miques. Les livres sont en moyenne de 25 à 30% moins chers que les ver­sions pa­pier et de nom­breux clas­siques, libres de droits, sont gra­tuits. La ris­tourne est de 15 à 20% sur les nou­veau­tés. Ama­zon, en plus de l’achat à l’uni­té, pro­pose un sys­tème d’abon­ne­ment, sorte de bi­blio­thèque vir­tuelle où em­prun­ter jus­qu’à dix livres sur un mil­lion de titres pour 9,90 eu­ros par mois. De­puis cet été, le ser­vice payant Ama­zon Prime (com­pre­nant li­vrai­son ra­pide, mu­siques, films, sé­ries, etc.) in­clut l’ac­cès à des cen­taines d’e-books. En­fin, si cer­taines ta­blettes af­fichent la BD (for­mats CBR/CBZ) ou des ma­ga­zines (PDF), l’ex­pé­rience n’est guère concluante sur des écrans noir et blanc qui, pour la plu­part, ne dé­passent pas 6 pouces. Les li­seuses sont avant tout des ap­pa­reils mo­no­tâches qui ex­cellent dans leur do­maine de pré­di­lec­tion, les livres.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.