Un pro­jet de loi de fi­nances sans grandes nou­veau­tés pour les par­ti­cu­liers

Mieux Vivre Votre Argent - - Fiscalité & Droit - RO­BIN MASSONNAUD

Avec, l’an der­nier, la trans­for­ma­tion de l’im­pôt sur la for­tune, la confir­ma­tion du pré­lè­ve­ment à la source de l’im­pôt sur le re­ve­nu, la créa­tion d’un taux unique de taxa­tion de 30% pour les re­ve­nus fi­nan­ciers et l’an­nonce de la dis­pa­ri­tion pro­gres­sive de la taxe d’ha­bi­ta­tion, il ne fal­lait pas s’at­tendre à un pro­jet ré­vo­lu­tion­naire de loi de fi­nances pour 2019. En de­hors de l’an­nonce de la pro­ro­ga­tion pour un an du Cite (cré­dit d’im­pôt pour la tran­si­tion éner­gé­tique), il n’y a pas grand-chose de nou­veau.

A prio­ri, faute de dé­ci­sion des par­le­men­taires, le ré­gime Cen­si-Bou­vard, qui per­met d’in­ves­tir dans des ré­si­dences étu­diantes et pour per­sonnes âgées et d’ob­te­nir une ré­duc­tion d’im­pôt de 33 000 eu­ros, de­vrait pas­ser à la trappe (le Pi­nel avait, lui, été pro­lon­gé l’an der­nier jus­qu’en 2021). Sans re­con­duc­tion du taux de 25% ap­pli­qué en 2018, la ré­duc­tion d’im­pôt pour sous­crip­tion de parts de PME re­pas­se­ra à 18%.

Comme chaque an­née, le pro­jet donne le ba­rème pro­gres­sif de l’im­pôt sur vos re­ve­nus 2018 dé­cla­rés en mai-juin 2019. Il est re­va­lo­ri­sé de 1,6%; il en est de même des pla­fonds de l’abat­te­ment de 10% sur les sa­laires, les re­traites et les pen­sions dé­duc­tibles ver­sées aux en­fants, ain­si que de la li­mi­ta­tion des ef­fets du quo­tient fa­mi­lial. Mais ces re­va­lo­ri­sa­tions ne vous se­ront guère utiles puisque vos re­ve­nus 2018 ne sup­por­te­ront pas l’im­pôt et bé­né­fi­cie­ront du cré­dit d’im­pôt mo­der­ni­sa­tion du re­cou­vre­ment an­nu­lant votre dette fis­cale (voir p. 60).

L’in­té­rêt es­sen­tiel du pro­jet de loi est qu’il of­fi­cia­lise l’avance de 60% de ré­duc­tions et de cré­dits d’im­pôt, ver­sée en jan­vier. Il en­té­rine aus­si les dis­po­si­tions tran­si­toires ap­pli­cables aux em­ployés à do­mi­cile des par­ti­cu­liers. Ils n’au­ront au­cune re­te­nue à la source de l’im­pôt à ef­fec­tuer en 2019 pour leurs sa­la­riés. Ce n’est qu’à par­tir du 1er jan­vier 2020, par le biais de dis­po­si­tifs spé­ci­fiques ou­verts sur les sites du Ce­su et de Pa­jem­ploi, qu’ils de­vront le faire.

Par­mi les mau­vaises nou­velles, la ga­ran­tie dé­cès des as­su­rances em­prun­teurs se­ra sou­mise à une taxe de 9% et le ma­lus au­to­mo­bile, alour­di. Pour un vé­hi­cule émet­tant 150 grammes de CO2/km, la taxe pas­se­ra de 2 300 à

2 453 eu­ros. Mais la re­de­vance té­lé reste à 139 eu­ros !

Sa­chez en­fin, en marge du pro­jet de loi, que vous pou­vez vous rendre sur Im­pots.gouv.fr/por­tail/si­mu­la­teurs si vous sou­hai­tez connaître le mon­tant men­suel de votre pré­lè­ve­ment à la source, à condi­tion de ren­sei­gner votre taux et votre sa­laire net im­po­sable.

Pas d’im­pôts, pas d’abat­te­ments. La re­va­lo­ri­sa­tion des pla­fonds ne vous se­ra guère utile !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.