As­su­rances : en­core une hausse des ta­rifs !

Sans sur­prise, as­su­rer votre au­to ou votre mai­son vous coû­te­ra un peu plus cher en 2019. N’hé­si­tez pas à faire jouer la concur­rence.

Mieux Vivre Votre Argent - - Vie Pratique - SIL­VIA SIMAO

Tous les ans, à pa­reille époque, et alors que les com­pa­gnies n’ont pas en­core ar­rê­té leur grille, le pe­tit jeu des pro­nos­tics va bon train : quelle se­ra l’évo­lu­tion des ta­rifs des as­su­rances dom­mages pour les par­ti­cu­liers en 2019 ? Il ne faut pas être de­vin pour an­ti­ci­per qu’elle se­ra de nou­veau haus­sière, les mêmes causes pro­dui­sant tou­jours les mêmes ef­fets.

Pour l’au­to­mo­bile, comme les an­nées pré­cé­dentes, c’est le coût des ré­pa­ra­tions en 2018 qui ex­plique cette ten­dance. En cause : prin­ci­pa­le­ment, la so­phis­ti­ca­tion de plus en plus pous­sée des vé­hi­cules du fait de l’élec­tro­nique em­bar­quée. Se­lon les ex­perts du ca­bi­net de conseil Ac­tua­ris, l’in­fla­tion est de 1,8% sur un an. De son cô­té, le cour­tier As­sur­land sou­ligne une ma­jo­ra­tion de 3 à 4% des ta­rifs des pièces dé­ta­chées, ain­si que le poids crois­sant de l’in­dem­ni­sa­tion des bles­sés. Quant au ca­bi­net de conseil spé­cia­li­sé Facts & Fi­gures, il pointe le ren­ché­ris­se­ment du coût des pare-brises : + 2,5% en 2017.

Les aug­men­ta­tions res­te­ront mal­gré tout li­mi­tées

Pour l’ha­bi­ta­tion, le prin­ci­pal fac­teur in­fla­tion­niste reste la mé­téo. Ac­tua­ris sou­ligne l’im­pact des fortes pluies et orages sur­ve­nus en mai et juin sur le risque dé­gât des eaux. Sur ce der­nier, le ca­bi­net re­lève un coût moyen en pro­gres­sion de + 1,5% en 2018, avec une fré­quence de sur­ve­nue en aug­men­ta­tion : + 16,8% (soit une part to­tale dans les si­nistres de 39%). Un constat cor­ro­bo­ré par Facts & Fi­gures pour le­quel « les évé­ne­ments cli­ma­tiques prennent de l’am­pleur, que ce soit en fré­quence ou en in­ten­si­té ». Autre point noir : le risque in­cen­die. Se­lon Ac­tua­ris, le pre­mier se­mestre 2018 a été mau­vais, avec un ni­veau re­cord d’orages, ce qui se ré­per­cu­te­ra sur le coût moyen pour 2019.

Mal­gré tout, la hausse des ta­rifs de­vrait être conte­nue, tant en au­to­mo­bile qu’en ha­bi­ta­tion. Facts & Fi­gures pré­voit des re­va­lo­ri­sa­tions moyennes com­prises entre

1 et 2 % pour les as­su­rances voi­ture, en ligne avec Ac­tua­ris (de + 1,5 à + 2 %) et As­sur­land (de + 1 à +1,5 %). Cette mo­dé­ra­tion, avance Facts & Fi­gures, s’ex­plique par la concur­rence exa­cer­bée entre as­su­reurs. Ces der­niers, qui mul­ti­plient par ailleurs les pro­mo­tions car le pro­duit reste un har­pon à clients, « n’ar­rivent plus à faire pas­ser leurs

hausses de ta­rifs ». En consé­quence, les primes moyennes pla­fonnent (voir gra­phique ci-des­sous). Pour Ac­tua­ris, en outre, avec l’abais­se­ment de la vi­tesse à 80 km/h sur les routes se­con­daires cet été, les clients s’at­tendent à une di­mi­nu­tion des ac­ci­dents. De quoi dif­fi­ci­le­ment jus­ti­fier un re­lè­ve­ment des primes trop im­por­tant.

Les ban­cas­su­reurs font la chasse aux clients

Sur les mul­ti­risques ha­bi­ta­tion (MRH), « ce se­ra du cas par cas, car tous les as­su­reurs n’ont pas de mau­vais

ré­sul­tats », pré­dit Cy­rille Char­tier-Kast­ler, fon­da­teur de Facts & Fi­gures. De ce fait, se­lon lui, cer­tains pour­ront lais­ser leurs prix in­chan­gés, quand d’autres les re­lè­ve­ront jus­qu’à 5%, la moyenne du mar­ché s’éta­blis­sant au­tour de 1 à 2%. Pour Ac­tua­ris, la pro­gres­sion se­rait de 2,5 à 3%, tout proche d’As­sur­land, qui an­ti­cipe plu­tôt + 3% en 2019. Pas de grosse flam­bée en per­pec­tive car, comme pour l’au­to, la ba­taille entre ac­teurs fait rage sur le mar­ché de la MRH. Il est de plus en plus trus­té par les ban­cas­su­reurs, en po­si­tion de conquête et qui ac­ca­parent dé­sor­mais un contrat sur quatre. Cré­dit Agri­cole (9,6% de parts de mar­ché) de­vrait ain­si bien­tôt dé­pas­ser la Ma­cif, nu­mé­ro trois du sec­teur der­rière Co­véa et Axa.

Pour pré­ser­ver votre pou­voir d’achat, pro­fi­tez donc de cette « chasse au client ». Vous avez tout à y ga­gner. Sur l’as­su­rance au­to, se­lon Facts & Fi­gures, les ré­seaux d’as­su­reurs comme Axa sont de 30 à 40% plus chers, à ga­ran­ties iden­tiques, que les ban­cas­su­reurs ou les mu­tua­listes : soit une prime moyenne an­nuelle hors taxe res­pec­tive de 138 eu­ros, contre 93 et 82 eu­ros.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.