For­men­te­ra by Marie

Milk Decoration - - Sommaire - Texte: La urine Abri eu–Pho­tos: Ka­rel Ba­las

Le havre de paix so­laire etraf iné de Marie Gas.

—Il existe des en­droits où le ca­rac­tère et la beau­té des lieux se suis en­tà eux­mêmes. Sur l’ île de Form en­te­ra, le havre de paix so­laire et rai né de Marie G as fait par­tie de ceux-là. La dé­co­ra­tion ré­duite à l’ es­sen­tiel fait la part belle au pay­sage en­vi­ron­nant, à coups de jeux de lu­mières, de cou­leurs et de matières .—

Elle est àla­fois­la di­rec­trice ar­tis - tique del’en­tre­pri­se­fa mi­liale Gas Bi­joux et­la créa­trice de By Marie, concept store mul­ti­mar que dont la sé­lec­tion exi­geante sé­duit son monde de­puis plus de quinze ans dé­jà. Entre deux col­lec­tions et quelques ré­no­va­tions de bou­tiques, son eshop etses ma­ga­sins à Pa­ris, Saint-Tro­pez et Mar­seille, Marie ile – dès­la belle sai­son ve­nue – se res­sour­cer sur so­nîle coup de c oeur , la­lu mi­neuse et ins­pi­rante For men­te­ra. “C’est unen­droit où on lâche prise, on sim pliie tout, c’ est très na­ture. Les­jour­nées­sont dic­tées parle vent et­la mer”, co­nie-t-elle.

Lar­ge­ment en­tou­rée de vé­gé­ta­tion, c’est comme si cette vieille in­ca avait été construite pour s’ in­té­grer le plus sim­ple­ment pos­sible au pay­sage en­vi­ron na nt. Au mi­lieu de­la ré­serve na­tu­relle du cap de Bar­ba ri a, fon­due dansles cac­tus et per­due au mi­lieu des ca mi­nos de pierre, la bâ­tis­se­jouit d’un cadre pré­ser­vé, d’une­rare et­sin­gu­lière beau­té .“La lu­mière, la connexion avec la na­ture, l’isole ment, etl’état d’es­prit un peu hip­pie quel’on­trou­vei­ci, contri­buent au char me del’île”, ex­plique Marie. Murs blancs à la chaux et sols en ci­ment, l’in­té­rieur etl’ex­té­rieur se confondent dans un rap­port de­dans-de­hors que l’uti­li­sa­tion des pierres et du bois del’île vient ren­for­cer. La part belle est ain­si spon­ta­né ment­faite aux matières et aux nuances na­tu­relles. Le­jar­din a d’ailleurs été une vive source d’ins­pi­ra­tion. Tout a été pen­sé en adé­qua­tion avecle cadre alen­tour, et chaque ou­ver­tu­re­surl’ ex­té­rieure st un vé­ri­table ta­bleau. L’ oeuvre pré­fé­rée de Marie ? “L ecou­cher de­so­leil del’île, oùles nuances passent du miel à l’ orange, c’ est su­blime. il y a une vraie his­toire avec la lu­mi­no­si­té ici, la fa­çon dont el­lese pro­jet­te­sur­la na­ture,ce­la donne une am­biance in­croyable, avec des jeux d’ ombre et de­lu mière...”

La mai­son n’est pa­si m mense mais elles’or­ga­nise de­tel­le­fa­çon que cha­cun dis­pose de­son es­pace pours’iso­ler etse re­trou­ver dans­son pe­tit coin de na­ture, avec sa propre vue. Cô­té dé­co ?“Cette mai­son est un peu comme une oeuvre col­lec­tive,faite de mo­ments par­ta­gé s avec mon père ”,ra­conte Marie. “Nous avons cha­cun­chi­né des piè­ces­quel’on ai me, mais ens’as­trei­gnant au mi­ni mu m.il n’y a pas vrai ment be­soin de dé­co dans des mai­sons comme ce­la, nous sou­hai­tions le moins de choses pos­sible, pour conser­ver son har­mo­nieet­sa beau­té na­tu­rel­leet­si mple ment la­su­bli mer de quelques pièces utiles mais es­thé­tiques. Le­sé­lé ments un peu­ra­res­sont les­fau­teuils des an­nées 1960 près de­la­che­mi­née d’ori­gine, pa­rexe mple. J’ado­re­cette pièce, tel­le­ment simple et au­then­tique, c’ est vrai mentl’es­prit de­la mai­son.”

Les­tex­tiles, par ailleurs, ap­portent beau­coup àla dé­co­ra­tion, et des­tis­sus an­ciens, af­ghans, des­su­za­nis ou en­core des bou­tis in­diens viennent par­faire l’ at­mo­sphère. Et puis la cé­ra­mique ... “J’ado­re­la cé­ra­mique, la ma­tière, le tra­vail de la­ma inde l’ homme, les cou­leurs, c’ est tout ce que j’ aime, je pour­rais ne ja­mais ces­ser d’en ache­ter ”, s’ amuse Marie. Ain­si àl’heure des­re­pas,la­table dres - sée sous­la per­go­la ar­bo­rée se pare de pièces de ca­rac­tère, ar­ti­sa­nales,si mples et au­then­tiques.

C’est un en­droit où on­lâche prise. Les­jour­nées sont dic­tées parle vent et­la mer.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.