Slow food à La Gran­ja

— Ài­bi­za,l’hô­tel La Gran­ja prô­ne­le­re­tour àla na­ture et aux plai­sirs si mples etrus­tiques. En cui­sine,le chef pa­ta­go­nien­jo­sé Ca­tri mán or­chestre de­sin­gré­dients 100 %lo­ca­vores choyés du po­ta­ger àl’as­siette. Des mets àsa­vou­rer en co m mu­nion dans un ca­dre­sub

Milk Decoration - - Sommaire - TEXTE: MARIE FAR MAN–PHO­TOS: K ARE L BAL AS

Ài­bi­za,l’hô­tel prô­ne­le­re­tour à la na­ture et aux plai­sirs si mples etrus­tiques.

Pour ar­ri­ver à La Gra nja,il faut em­prun­ter un che­min et tra­ver­ser une fo­rêt de pins. L’ hô­tel se trouve dans une en­clave en pleine na­ture au beau mi­lieu de dix hec­tares de terres agri­coles. À l’ar­ri­vée, un autre monde s’ouvre à vous. ici, le temps semble s’être ar­rê­té et le si­lence s’ im­pose. La bâ­tisse prin­ci­pale est une ferme cen­te­naire dont la struc­ture ori­gi­nelle n’a pas été mo­diiée, seul l’ in­té­rieur a été re­pen­sé parle stu­dio al­le­mand Dreim et a.

Les de­si­gner sont cé­lé­bré l’ art de la beau­té im­par­faite et le cha­risme de cet­te­fer me char­gée d’his­toire àtra­vers un dé­pouille men­tas­su mé. Le­sé­lé ments uti­li­sés dans les es­paces com­muns comme dans les chambres sont le bois, la pierre, l’ ar­doise, le lin, l’ acier rouillé ou le­lai­ton, un hom­mage à la beau­té de ces ma­té­riaux na­tu­rels pa­ti­nés par­lete mps et mi­sen­va­leur par unea­pai­sante pa­lette de gris sourd, char­bon et br un. Cette ap­pa­ren­te­si mpli­ci­té­rus­tique, en­réa­li­té très maî­tri­sée, est em­blé­ma­tique d’une nou­vel­lei­dée du­luxe,ini­tiée par­la phi­lo­so­phie wa­bi-sa­bi du dé­co­ra­teur, Axel Ver­voordt, et don­traf­fole une clien­tèle cos mo­po­li­teen quête d’au­then­ti­ci­té. Les dix­cha mbres qui ont­con­ser­vé­la beau­té presque mo­na­cale de­la­fer me d’ori­gine ne dis­posent que del’es­sen­tiel. C’est dans ce cadre quelque peu mys­tique queles hap­pyfe w viennent re­trou­ver la­sé­ré­ni­té.

La Gran­ja pro­pose unte mps de­ré­pit, un an­ti­dote au­ryth me ef­fré­né de­la vie quo­ti­dienne, in­vite à la contem­pla­tion et à se re­cen­trer sur l’ es­sen­tiel. ici, on laisse son es­prit va­ga­bon­der, on s’en­ivre des par­fums deic us, dei­gu ier set de ci­tron­niers, on ad­mire le cou­cher du so­leil au bord de­la pis­cine en­si­ro­tant un dé­li­cat cock­tail mai­sonà base de mez­cal. L’hô­tel pro­pose aus­si dif­fé­rents ri­tuels: séances de yo­ga et de mé­di­ta­tion en plei­ne­fo­rêt, cé­ré­mo­nies de la pleine lune, confé­rences au­tour des ques­tions en­vi­ron­ne­men­tales

et vi­site du ma­gniique po­ta­ger oùles hôtes sont in­vi­tés à en ap­prendre da­van­tage sur l’ ag ri cultu­re­bio­dyn ami que. La Gran­ja veut mettre en­lu mière “l’autre Ibi­za” ou plu­tôt le vé­ri­table, quand, avantl’ar­ri­vée du­tou­ris me de masse,les Ibi­cen­cos vi­vaient prin­ci­pale ment de­la pêche et del’agri­cul­ture dans un cadre pro­té­gé et bu­co­lique. Ce­ti­bi­za cé­lé­bré parles hip­pies dans les an­nées 1970 re­vient en­force. Et­le­re­tour àla na­ture passe évide m ment par­la cui­sine.

La slo wfood­joue un rôle pri mor - dia là LaG­ran­ja,oùl es ingrédients sont 100 % lo­ca­vores. Le­lieu vit en qua­si au­to­su­fi­sance grâce à ses terres fer­tiles bi­chon­nées par An­dy Szy ma­no wicz. Le maître agri­cul­teur du­lieu cultive en bio - dy­na mie,ré­colte au­tour des cycles de­la lune etré­cu­pè­rel’eau de pluie pour ar­ro­ser. Une­tren­taine de va­rié­tés de­fruits et­lé­gu mes de­sai­son­sont ain­si culti­vées sur place : bet­te­raves, ca­rottes,lai­tues, au­ber­gines,to mates, oi­gnons, courges, me­lons, herbes, agrumes, pommes, nec­ta­rines, igues oua mandes. Un­ter­rain de jeuex­cep­tion­nel pour­le­chef pa­ta­go­nien Jo­sé Ca­tri mán, dé­fen­seur d’une cui­sine si mple,saine et­lo­cale. Tout ce qu’il met dansses as­siettes est­fraîche ment cueilli, di­rec­te­ment cui­si­né et sub­tile ment dres­sé dans une vais­selle en bois, cé­ra - mique ou­fonte,les re­pas étan­ti­ci une ma­nière de nour­rirl’es­prit. Le chef­tra - vaille en étroite col­la­bo­ra­tion avec An­dy et les pe­tits pro duc teursd’ ibi­za, no­tam­ment pour le pois­son frais, et il cui­sine des pro­duits bruts, beau­coup de­lé­gu mes cuits­lente ment, avec précision.ici pas de me­nu, il faut se prê­ter au jeu des ins­pi­ra­tion sdu­chef.Tr ès at­ten­tif aux in­to­lé­rances et aux vé­gé­ta­riens, il n’ uti­lise ni sucres ajou­tés, ni­lait de vache, ni glu­ten.

Le par­tage étantl’un des prin­cipes de la phi­lo­so­phie cu­li­naire de Jo­sé Ca­tri mán,les re­pas sont ser­vis sur de gran­des­tables oùles hôtes son­tin­vi­tés à dé­gus­ter en com­mu­nion, comme un moyen de dire “mer­ci ” àla na­ture.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.