CH­TEAU-VERDUN, FRANCE WORK­SHOPS AU CH­TEAU

Dans le Sud-Ouest de la France, un châ­teau aban­don­né ouvre ses portes l’été pour une ex­pé­rience im­mer­sive et par­ti­ci­pa­tive in­édite, moyen­nant fi­nance. À l’ori­gine de ce pied-à-terre sin­gu­lier, la fa­mille Wa­ters, tom­bée raide du châ­teau de Gu­danes il y a c

Milk Decoration - - SOMMAIRE - Texte : Va­nes­sa Boz – Pho­tos : Ka­ri­na Wa­ters

Yo­ga, cui­sine… Ate­liers im­mer­sifs pour res­tau­ra­tion col­la­bo­ra­tive

Le châ­teau de Gu­danes, c’est d’abord un coup de foudre im­pro­bable entre une fa­mille d’Aus­tra­liens et un châ­teau du XVIIIe siècle en Ariège. Ka­ri­na et Craig Wa­ters ne par­laient pas fran­çais. Ils sou­hai­taient sim­ple­ment ache­ter une mai­son de va­cances pour rendre vi­site à leur fille Jas­mine du­rant ses études de pa­léoan­thro­po­lo­gie, quand ils sont tom­bés nez à nez avec cette su­blime bâ­tisse de 94 pièces aban­don­née dans un coin calme du Sud-Ouest de la France. Ils ont fait une offre dès la pre­mière vi­site.

Le châ­teau de Gu­danes, c’est une histoire d’amour qui n’en fi­nit pas. Elle lie ses pro­prié­taires à l’histoire du lieu, à la dou­ceur de la ré­gion, et aux va-et­vient des vi­si­teurs. Ka­ri­na, qui n’avait au­cune ex­pé­rience en ma­tière de res­tau­ra­tion, ni le bud­get pour re­mettre sur pied ce châ­teau co­los­sal, a eu l’idée in­so­lite d’ou­vrir les portes de son do­maine quelques se­maines par an pour des ate­liers thé­ma­tiques de trois, cinq ou sept jours. Ces der­niers ont pour but de fi­nan­cer la ré­ha­bi­li- ta­tion des lieux, pièce par pièce, mais aus­si de par­ta­ger cette belle pas­sion, en don­nant aux vi­si­teurs l’oc­ca­sion de s’im­mer­ger dans la vie de châ­teau. À ce jour, neuf chambres ont été ré­ha­bi­li­tées. Elles ont cha­cune une salle de bains re­faite à neuf et un lit douillet pour re­ce­voir des in­vi­tés en quête de va­cances dif­fé­rentes. Un confort à la fois simple et raf­fi­né. Les murs parlent et la lu­mière du jour se fau­file par les hautes fe­nêtres. Le soir ve­nu, on s’éclaire à la bougie car l’élec­tri­ci­té n’a pas été ins­tal­lée. Le se­ra-t-elle ja­mais ? La vi­sion des pro­prié­taires est de lais­ser les lieux s’ex­pri­mer. Ils sou­haitent connec­ter les vi­si­teurs au pas­sé du châ­teau sans in­ter­ve­nir, sans su­per­flu, afin que l’histoire reste pure et au­then­tique.

Les ori­gines du châ­teau re­montent au Moyen Âge, mais c’est au XVIIIe siècle qu’il a été conçu tel qu’on le voit au­jourd’hui. Il de­vient une co­lo­nie de va­cances dans les an­nées 1960 et 1970, puis tombe à l’aban­don, voyant même sa toi­ture s’écrou­ler à plu­sieurs en­droits. Ka­ri­na n’est pas pres­sée de le ré­no­ver. Elle se ré­jouit de par­ta­ger les im­per­fec­tions des lieux avec ceux qui savent les ap­pré­cier.

Cet été, des ate­liers gour­mands se­ront l’oc­ca­sion de s’es­sayer à la pâ­tis­se­rie sur le thème “Châ­teau gâ­teau” pen­dant le week-end du 14-Juillet. Ou en­core, faire les bro­cantes de la ré­gion à la re­cherche de tré­sors vin­tage qu’on dé­balle en groupe dans les grandes pièces du châ­teau. Yo­ga au clair de lune, pro­me­nades à che­val au pe­tit ma­tin, dé­jeu­ner sur l’herbe et dî­ner aux chan­delles, voi­là le pro­gramme. On re­part avec des nou­veaux amis, et sur­tout le sen­ti­ment d’avoir fait une pause dans le temps, et lais­sé une pe­tite trace dans cet en­droit qui sort de l’or­di­naire. Le ro­man­tisme dans son jus, le rus­tique chic à fleur de peau…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.