SUISSE URBAN SWIMMING

Pi­quer une tête dans l’eau fraîche par une chaude jour­née d’été est le rêve de beau­coup de ci­ta­dins. En Suisse, l’urban swimming est une pra­tique cou­rante dans la plu­part des grandes villes où les ha­bi­tants ont le pri­vi­lège rare de pou­voir se bai­gner en p

Milk Decoration - - SOMMAIRE - Texte : Ma­rie Far­man

Se bai­gner en plein cen­tre­ville, l’apa­nage de nom­breuses villes hel­vètes

Plages, pon­tons, bords de lacs et de ri­vières ou pis­cines flu­viales, les bai­gnades ur­baines font à Ge­nève, Berne, Bâle ou Zu­rich par­tie in­té­grante de la vie ci­ta­dine. La culture du bain en ville existe en Suisse de­puis le XIXe siècle, et cette tra­di­tion, bien qu’en­core peu connue chez nous, per­dure et fait de plus en plus d’adeptes. Les villes d’eau pos­sèdent de nom­breuses aires de bai­gnade et des pis­cines na­tu­relles fai­sant le bon­heur des ha­bi­tants. Il faut dire qu’en Suisse, l’eau est ré­pu­tée pour sa pro­pre­té. L’urban swimming est ain­si de­ve­nu un art de vivre, que l’on pra­tique dès l’ar­ri­vée des beaux jours. De juin à sep­tembre, il règne un air de va­cances dans les grandes villes. Les lo­caux in­ves­tissent les berges de­ve­nues des pa­ra­dis aqua­tiques et n’hé­sitent pas à plon­ger dans l’eau vive, même un peu fraîche. Sau­ter d’un pon­ton, se lais­ser por­ter par le cou­rant ou sim­ple­ment faire une pause ra­fraî­chis­sante au coeur de la ville donne une sen­sa­tion de bien-être et de li­ber­té in­com­pa­rable.

Ain­si, on connaît Ge­nève pour son hor­lo­ge­rie haut de gamme, son Sa­lon de l’au­to­mo­bile ou les belles ex­po­si­tions du Mam­co, le mu­sée d’Art mo­derne et contem­po­rain, mais moins pour ses beaux spots de bai­gnade en plein air. La ville se trouve à l’ex­tré­mi­té du plus grand lac d’Eu­rope oc­ci­den­tale : le lac Lé­man ; elle dis­pose ain­si d’un grand nombre d’op­tions pour na­ger. Les bains des Pâ­quis, sur les bords du lac, sont un des lieux pré­fé­rés des Ge­ne­vois. Ces bains existent de­puis 1872 mais ont été po­pu­la­ri­sés dans les an­nées 1930 grâce à l’amé­na­ge­ment de la je­tée. On peut s’y bai­gner, faire du paddle, s’ini­tier à la plon­gée, pro­fi­ter du sau­na et du ham­mam ou prendre un verre à la cé­lèbre bu­vette. L’été, les Ge­ne­vois aiment aus­si pi­quer une tête dans l’eau cris­tal­line du Rhône. Les abords du fleuve offrent un cadre na­tu­rel ex­cep­tion­nel au coeur de la ville, et la pointe de la jonc­tion est le lieu de dé­part de plu­sieurs ac­ti­vi­tés aqua­tiques comme le kayak ou le raf­ting.

Les ha­bi­tants de Berne sont aus­si des adeptes de l’urban swimming. Si la ville at­tire les vi­si­teurs pour son pa­tri­moine mé­dié­val, l’été, l’Aar, qui coule en plein mi­lieu de la ci­té ger­ma­no­phone, est le point de ren­dez-vous des Ber­nois. Ils aiment y na­ger face à l’im­pres­sion­nante vieille ville clas­sée au pa­tri­moine

mon­dial de l’Unes­co, on peut aus­si des­cendre la ri­vière en ba­teau ou en bouée. Même le maire de la ville, Alec von Graf­fen­ried, adore se bai­gner dans l’Aar. Le Mar­zi­li est la pis­cine en plein air la plus cé­lèbre de la ville, une vé­ri­table ins­ti­tu­tion si­tuée au bord de l’eau, avec une ma­gni­fique vue sur le Pa­lais fé­dé­ral et la ca­thé­drale. Elle est même consi­dé­rée comme le plus beau bain flu­vial d’Eu­rope.

Bâle, la ca­pi­tale Suisse de l’art et du de­si­gn, où a lieu chaque an­née au mois de juin la foire in­ter­na­tio­nale Art Ba­sel, est, elle aus­si, une ville où il fait bon se bai­gner. En été, les Bâ­lois aiment na­ger dans le Rhin dont les berges prennent des airs de plage. Les pe­tites bu­vettes si­tuées sur les rives du Pe­tit Bâle sont l’em­blème de cette dou­ceur de vivre es­ti­vale. L’ac­cès à l’eau peut se faire par la mi­ni-plage en contre­bas du mu­sée Tin­gue­ly, la bai­gnade est idéale pour contem­pler la vielle ville d’un autre point de vue. La Bas­ler Rhein­sch­wim­men est or­ga­ni­sée une fois par été. Il s’agit d’une grande bai­gnade po­pu­laire dans le Rhin, réunis­sant des mil­liers de per­sonnes. En­fin, im­pos­sible de vi­si­ter Zu­rich en été sans s’y bai­gner. Si­tuée au bord du lac de Zu­rich, le qua­trième plus grand lac de Suisse, et tra­ver­sée par la Lim­mat, clas­sée ri­vière ur­baine la plus propre d’Eu­rope, la ville est un pa­ra­dis pour les bai­gneurs. Elle pos­sède une vraie culture bal­néaire avec une qua­ran­taine de lieux ap­pe­lés “ba­dis”. À chaque ba­di son at­mo­sphère. Les spor­tifs in­ves­tissent les pis­cines flu­viales, comme le Fluss­bad Obe­rer Let­ten, pour faire des lon­gueurs ; les nos­tal­giques, eux, pré­fèrent les bains his­to­riques da­tant du

XIXe siècle, comme le See­bad Uto­quai ou le Schan­zen­gra­ben. Ce der­nier, ré­ser­vé aux hommes la jour­née, se trans­forme le soir en bar bap­ti­sé le Ri­mi­ni­bar (ou­vert à tous et à toutes). À Zu­rich, il n’est pas rare que les bains de­viennent au cou­cher du so­leil des pistes de danse im­pro­vi­sées. À Bâle, l’ac­ces­soire in­dis­pen­sable du bai­gneur ur­bain est le Wi­ckel­fisch, un sac de na­ta­tion étanche dans le­quel on range ses af­faires, et pou­vant aus­si ser­vir de bouée. Pa­ré de votre Wi­ckel­fisch, n’hé­si­tez pas à tes­ter l’urban swimming en Suisse, une ten­dance forte qui com­mence à ga­gner de nom­breuses grandes villes eu­ro­péennes.

Page de droite, en haut, saut dans l’Aar, à Berne. En bas, les bains des Pâ­quis, à Ge­nève.

Ci-contre, bai­gnade dans la pis­cine Mar­zi­li, à Berne. Page de gauche, en haut, paddle sur la ri­vière, à Zu­rich. En bas, pé­da­lo dans la rade de Ge­nève.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.