Les PEE sont par­tout, on ne peut pas se pro­té­ger au quo­ti­dien de leurs ef­fets.

Milk Magazine - - Santé -

Dr Va­lé­rie Fous­sier, mé­de­cin en­do­cri­no

logue1. Oui, on trouve des PEE dans beau­coup de pro­duits du quo­ti­dien. Sans comp­ter que leur ex­po­si­tion passe aus­si par l’eau, le sol, l’air, les ali­ments, les plas­tiques et les mé­di­ca­ments. Les iden­ti­fier, re­mettre en ques­tion cer­tains as­pects de nos modes de vie et trou­ver des al­ter­na­tives per­mettent de ré­duire les risques. Par­mi les pro­duits d’hy­giène et les cos­mé­tiques, op­tez pour des pro­duits éti­que­tés “sans pa­ra­bènes” et “sans phta­lates” avec des par­fums 100 % d’ori­gine na­tu­relle. Pour la mai­son, le sa­von de Mar­seille, le vi­naigre blanc et le bi­car­bo­nate de soude sont de par­faites al­ter­na­tives. Man­gez bio, pas­sez du je­table au réuti­li­sable et évi­tez les pro­duits trans­for­més du com­merce. Le ma­ga­zine 60 mil­lions de consom­ma

teurs a ré­cem­ment aler­té les pa­rents sur la pré­sence de PEE dans de nom­breuses couches, soyez vi­gi­lants sur les jouets en plas­tique que les bé­bés mâ­chouillent.

En ce qui concerne les ac­tions mises en place à l’échelle na­tio­nale et eu­ro­péenne, le gou­ver­ne­ment a adop­té en 2014 la pre­mière stra­té­gie na­tio­nale sur les per­tur­ba­teurs en­do­cri­niens. Ob­jec­tif : al­lier re­cherches, sur­veillance et ré­gle­men­ta­tion pour li­mi­ter l’ex­po­si­tion des en­fants et des femmes en­ceintes à ces sub­stances, et pro­po­ser des pro­duits de sub­sti­tu­tion. Entre 2016 et mai 2017, la Com­mis­sion eu­ro­péenne s’est réunie cinq fois, faute d’ac­cord, pour dé­fi­nir une lé­gis­la­tion eu­ro­péenne spé­ci­fique qui per­met­trait d’ex­clure du mar­ché eu­ro­péen les mo­lé­cules pro­blé­ma­tiques. Mais, à ce jour, les ni­veaux de preuves re­quis pour iden­ti­fier clai­re­ment une sub­stance comme PEE sont trop éle­vés. De quoi faire du sur­place.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.