Plus on s’ex­pose à une quan­ti­té im­por­tante de PEE, plus les consé­quences sont né­fastes.

Milk Magazine - - Santé -

Dr Oli­vier Cha­mond. Il n’existe pas de courbe li­néaire entre une dose re­çue et un effet. On sait qu’il y a des sub­stances pour les­quelles une toute pe­tite dose à un mo­ment don­né au­ra beau­coup plus d’ef­fets né­fastes qu’une très grosse dose pen­dant toute la gros­sesse, par exemple. Il est com­pli­qué d’aler­ter la po­pu­la­tion sur un risque qui est pré­sent mais contre le­quel on peut être im­puis­sant. C’est pour ce­la qu’on est as­sez éva­sif, car c’est un prin­cipe de pré­cau­tion qui n’est, en toute hon­nê­te­té, pas fa­cile à ap­pli­quer.

Dr Va­lé­rie Fous­sier. La toxi­ci­té d’une mo­lé­cule est très dif­fi­cile à mettre en évi­dence en rai­son de nom­breux pa­ra­mètres non maî­tri­sables. L’effet cock­tail des PEE est com­plexe à mettre en évi­dence : il dé­coule de l’ad­di­tion des ef­fets no­cifs de plu­sieurs com­po­sés à faible dose qui agissent sur les mêmes mé­ca­nismes bio­lo­giques. Il peut aus­si y avoir des in­ter­ac­tions entre PEE agis­sant par des mé­ca­nismes dif­fé­rents. Sans comp­ter la com­plexi­té du sys­tème hor­mo­nal.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.