Ils sont en couple et ont deux bé­bés : leur boîte et leurs en­fants. Por­traits de ces pa­rents qui jouent les équi­li­bristes entre vie pro et vie per­so.

Ca­ro­line, créa­trice de la marque de cé­ra­mique Th­ree Se­ven, Jo­nas, man­ne­quin et leur fille Muse, 3 ans

Milk Magazine - - Tribus - — : pro­pos re­cueillis par hé­lène la­halle pho­tos hervé goluza three­se­ve­nus.com

Com­ment se passe la co­exis­tence de Muse et de Th­ree Se­ven ? — C. : On ar­rive as­sez bien à jon­gler entre pro et per­so. Je tra­vaille beau­coup mais, comme c’est ma boîte, je suis libre de mon em­ploi du temps. En tant que man­ne­quin, Jo­nas voyage beau­coup mais s’oc­cupe de Muse dès qu’il est là. Mais je dois quand même avouer que j’ai tou­jours l’im­pres­sion de man­quer de temps pour tout ! La vie et le bon­heur re­posent sur des équi­libres. Je ne pour­rais pas conce­voir ma vie sans en­fant au­tant que je ne pour­rais pas la conce­voir sans tra­vailler. Les deux sont in­dis­so­ciables : si ma fa­mille va bien, je vais bien, si mon bou­lot va bien, je vais bien. Il faut avan­cer sur les deux fronts à la fois ! Un tuyau pour ne pas être sous l’eau ? — Avoir le sens des prio­ri­tés et sa­voir prendre du re­cul. Chaque ma­tin, je prends 2 mi­nutes pour pen­ser à tout ce que j’ai : une fa­mille pré­sente, un ma­ri su­per­man, à l’écoute et ai­mant, une pou­pée de 3 ans en par­faite san­té, la chance d’être en­ceinte une se­conde fois… Je re­la­ti­vise ins­tan­ta­né­ment les sou­cis de bou­lot. La clef de l’équilibre ? — Ne ja­mais re­non­cer. Je crois que nous sommes une gé­né­ra­tion qui a tou­jours l’im­pres­sion de man­quer de temps. Je re­fuse de ca­pi­tu­ler sur cer­taines choses sous pré­texte qu’on a des en­fants et qu’on tra­vaille.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.