Mon fils est en­tré en sixième et ne me parle pas des amis qu’il s’est fait au col­lège. — Dois-je l’ai­der à so­cia­bi­li­ser ?

Milk Magazine - - En 2017, On Réinvente Quoi ? -

Le col­lège est une étape par­ti­cu­lière pour des enfants très sen­sibles. Soit les gar­çons in­tègrent fa­ci­le­ment une tri­bu, soit ils ne se re­con­naissent pas dans le com­por­te­ment “com­bat de coq” de leurs ca­ma­rades. À cet âge, les ni­veaux de ma­tu­ri­té et de sen­si­bi­li­té peuvent créer des dé­ca­lages. Dis­cu­tez-en avec lé­gè­re­té et il est très pro­bable qu’au cours de l’an­née, votre fils noue une ami­tié forte avec un(e) ca­ma­rade en par­ti­cu­lier. Il est sans doute as­sez riche in­té­rieu­re­ment pour ne pas mul­ti­plier les ami­tiés. Vers 14 ans, les dé­ca­lages se­ront moins im­por­tants. Sa ma­tu­ri­té et sa sen­si­bi­li­té y trou­ve­ront leur compte. En re­vanche, s’il s’isole vrai­ment et montre des signes de dé­prime, par­lez-en avec un spé­cia­liste. Un bon ac­com­pa­gna­teur, c’est ce­lui qui ne pro­jette pas sa peur. En tant que pa­rent, il faut donc désan­gois­ser (sa gé­né­ra­tion chan­ge­ra de job trois fois), pour en­suite se mettre à l’écoute sur trois points : 1. Ses com­pé­tences sco­laires et ex­tra­s­co­laires cou­plées à ses ta­lents (elle est su­per forte pour or­ga­ni­ser des week-ends avec ses potes). 2. Ses dé­si­rs et ses en­vies : il est né­ces­saire de ne pas se res­treindre aux grands re­gistres de mé­tier et d’ex­plo­rer un ter­rain beau­coup plus vaste (art, sport, quo­ti­dien : qu’aime-t-elle ?) 3. Ses be­soins : ne fo­ca­li­sez pas sur un mé­tier mais plu­tôt sur le “comment” (elle a be­soin d’être en­ca­drée et aime le concret : cher­chez un IUT et des stages et zap­pez la fac). Pen­sez aus­si à pas­ser le re­lais en la met­tant en lien avec un cou­sin tren­te­naire, un oncle per­ti­nent, une amie qui par­le­ra de son mé­tier et orien­tez-la vers des vi­déos, plus concrètes que des fiches mé­tiers.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.