Lu­cile Wood­ward coach spor­tive

Milk Magazine - - Style - lu­ci­le­wood­ward.com

Lu­cile Wood­ward, coach spor­tive sui­vie par plus de 155 000 fol­lo­wers sur Ins­ta­gram, ma­man de Sa­muel, 8 ans, et de Joa­na, 3 ans.

Comment le sport peut-il ai­der les ados à tra­ver­ser plus se­rei­ne­ment cette pé­riode de bou­le­ver­se­ment phy­sique ?

Le sport leur per­met de se construire un corps dans le­quel ils ar­rivent à bou­ger, et dont ils com­prennent da­van­tage le fonc­tion­ne­ment. Ils prennent aus­si conscience de leur am­pli­tude ar­ti­cu­laire. Sou­vent, les ado­les­cents gran­dissent très vite, d’un seul coup, et ne se rendent pas compte de la force de leurs mou­ve­ments. Le sport, quel qu’il soit, leur per­met de mieux contrô­ler leurs dé­pla­ce­ments dans l’espace et de se bâ­tir une en­ve­loppe dans la­quelle ils se sen­ti­ront bien.

Le sport est-il un bon coach men­tal à cet âge ?

Il est prou­vé scien­ti­fi­que­ment que le sport trans­forme la fa­tigue men­tale en fa­tigue phy­sique. Quand les ados sont très ner­veux et, en même temps, très apa­thiques, le sport trans­forme leur co­lère et leur ir­ri­ta­bi­li­té en fa­tigue et ils ar­rivent à ré­cu­pé­rer en dor­mant.

Sur les ré­seaux so­ciaux, on ne trouve pas beau­coup de mo­dèles qui vé­hi­culent une cer­taine ac­cep­ta­tion de soi, de son corps, et qui parlent di­rec­te­ment aux plus jeunes…

C’est vrai, je suis d’ac­cord. À l’ère de l’hy­per­sexua­li­sa­tion, même quand il s’agit de pro­fils de filles un peu fortes, elles veulent de­ve­nir man­ne­quins grande taille ou Kim Kar­da­shian. On reste dans le do­maine de la sé­duc­tion. Ce se­rait bien que les spor­tifs de haut ni­veau prennent cette place de ré­fé­rents dans la vie des jeunes ados.

Vous êtes très spor­tive, votre ma­ri éga­le­ment. Était-il donc lo­gique d’ini­tier très tôt vos en­fants au sport ?

C’était es­sen­tiel, ab­so­lu­ment ! Il est im­por­tant d’avoir connais­sance de ce qu’est l’ef­fort phy­sique dès l’en­fance. Sans comp­ter que pra­ti­quer un sport en club, par exemple, est aus­si l’oc­ca­sion de ren­con­trer d’autres en­fants en de­hors de la classe. Au­jourd’hui, en tant que coach spor­tive, je me rends compte que les adultes qui viennent me voir pour une re­mise en forme au­ront moins de chance d’avoir de bons ré­sul­tats s’ils n’ont fait au­cune ac­ti­vi­té spor­tive dans leur en­fance.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.