Dou­ceur et si­lence

Modèle Magazine - - PRÉSENTATION -

Sur le ter­rain, le mon­tage des ailes par quatre vis cru­ci­formes à l’in­tra­dos fait pes­ter. Il né­ces­site un tour­ne­vis et une pince à bec fin pour les pla­cer ou les ex­traire des lo­ge­ments. Un sup­port de ter­rain est presque in­dis­pen­sable pour main­te­nir l’avion à l’en­vers sans en­dom­ma­ger les ac­ces­soires. Rien de grave, mais ce point de dé­tail est une fausse note dans une concep­tion gé­né­rale des­ti­née à fa­ci­li­ter la vie.

Après bran­che­ment de l’ac­cu et re­mise en place de la ca­bine, di­rec­tion notre piste en herbe. Sur cette sur­face, le taxiage est pré­cis grâce à la roue di­rec­trice bien gui­dée, mais le train très ri­gide n’amor­tit rien et en­gendre quelques se­cousses sur les ir­ré­gu­la­ri­tés. Les gaz sont ra­pi­de­ment mon­tés en dé­but de piste, le Cir­rus ac­cé­lère fran­che­ment en né­ces­si­tant peu de correction et le dé­col­lage se dé­roule en moins de 20 m sans vo­lets. On note d’em­blée une grande dou­ceur dans les com­mandes : l’avion est agréable et met ra­pi­de­ment en confiance. Le la­cet in­verse est per­cep­tible mais pas pé­na­li­sant, même pour un pi­lote no­vice. Une autre bonne sur­prise est le très faible ni­veau so­nore de l’hé­lice tri­pale, le vol si­len­cieux de l’élec­trique prend ici tout son sens.

En pous­sant les gaz, la vi­tesse maxi pa­raît peu éle­vée, mais co­hé­rente avec l’échelle et la vo­ca­tion « tou­risme » du mo­dèle re­pro­duit. À l’in­verse, le Cir­rus to­lère bien les basses vi­tesses, voire très basses avec les vo­lets com­plè­te­ment sor­tis. Son mo­teur ne lui per­met pas de mon­ter du­ra­ble­ment à la ver­ti­cale, mais il ne manque pas grand-chose. Le taux de montée constant est au­tour de 60°, c’est cor­rect pour ce mo­dèle et sé­cu­ri­sant pour lut­ter dans des con­di­tions agi­tées. Le test de dé­cro­chage, gaz cou­pés et pro­fon­deur ti­rée à fond, se solde par une aba­tée vrai­ment tar­dive sur une aile, qui se ré­cu­père très vite après une des­cente et une re­prise de vi­tesse de seule­ment quelques mètres.

Ras­su­rés par ces bonnes ca­rac­té­ris­tiques, ten­tons de vol­ti­ger un peu. Le pas­sage en vol dos né­ces­site un bon sou­tien à la pro­fon­deur, alors que le ton­neau désaxe sen­si­ble­ment, plu­tôt nor­mal sur ce type de mo­dèle. Les boucles peuvent être amples ou vrai­ment ser­rées grâce à la bonne ef­fi­ca­ci­té des gou­vernes en grands dé­bat­te­ments. Le vol tranche tient seule­ment en bu­tée de dé­rive et à plein gaz, mais avec peu de correction sur les autres axes. Le vo­lu­mi­neux fu­se­lage doit ai­der le Cir­rus à réa­li­ser cet exer­cice. Les dé­clen­chés dé­marrent dou­ce­ment avec pas mal d’iner­tie ; en re­vanche, une fois en­ga­gés, ils sont en­suite ra­pides et plu­tôt vio­lents. Après re­mise au neutre des manches, tout s’ar­rête avec peu de dé­lai. Dans les fi­gures exi­geantes, on voit net­te­ment les ailes tra­vailler à cause de l’en­ga­ge­ment as­sez court de la clé d’aile prin­ci­pale, et mal­gré les ren­forts dans le pro­fil. Rien d’in­quié­tant ce­pen­dant, j’ai même ten­té de grosses res­sources après des pi­qués pleins gaz, le Cir­rus en­caisse sans bron­cher…

En phase d’ap­proche, on sor­ti­ra com­plè­te­ment les vo­lets pour cas­ser net­te­ment la vi­tesse de l’ap­pa­reil. Ce­la n’en­gendre qu’un très lé­ger ef­fet ca­breur, au point de pou­voir se pas­ser d’un mixage de la pro­fon­deur avec les vo­lets. La vi­tesse ter­mi­nale peut être vrai­ment faible, c’est d’ailleurs pré­fé­rable pour que le Cir­rus se pré­sente lé­gè­re­ment ca­bré afin de tou­cher d’abord le train prin­ci­pal. Si­non, la roue avant tou­che­ra en pre­mier et il re­bon­di­ra, c’est ca­rac­té­ris­tique des trains tri­cycles, d’au­tant que ce­lui-ci est très ri­gide. Quand ce­la se pro­duit, ces re­bonds ne sont pas gra­cieux et il vaut mieux ne pas in­sis­ter en re­met­tant les gaz pour ten­ter une nou­velle ap­proche. Ce­pen­dant, pas d’in­quié­tudes, les trains et l’en­semble de la struc­ture sont di­men­sion­nés et conçus pour par­don­ner quelques mau­vais trai­te­ments de ce genre.

L’au­to­no­mie est de 5 min avec l’ac­cu de 2 200 mAh et un vol dy­na­mique, et au­tour de 7 min avec un vol plus cou­lé et tou­ris­tique. Un ac­cu de 3 000 mAh don­ne­ra entre 8 et 10 mi­nutes de vol, au prix d’un lé­ger sur­croît de poids pé­na­li­sant très peu les qua­li­tés de vol.

Si­len­cieux et très doux à pi­lo­ter, ce Cir­rus pro­cu­re­ra beau­coup de plai­sir à son pro­prié­taire. La vol­tige de base est dans ses cordes, seule­ment li­mi­tée par la puis­sance mo­dé­rée mais suf­fi­sante du mo­teur.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.