UNE RÉ­SINE… À L’EAU !

Modèle Magazine - - TEST - Texte et pho­tos : Bru­no Ver­non

Voi­ci un pro­duit mé­con­nu dans le monde de l’aé­ro­mo­dé­lisme: la ré­sine à l’eau! Les ré­sines à base aqueuse sont dé­sor­mais nom­breuses dans le com­merce (ré­sine pour le mou­lage, la ma­çon­ne­rie, etc.), mais rien de spé­ci­fique pour le mo­dé­lisme… Mais ça, c’était avant!

Voi­ci donc la ré­sine EzeKote, spé­cia­le­ment éla­bo­rée pour nos mo­dèles ré­duits. Elle est des­ti­née à fi­brer (donc à ren­for­cer) des struc­tures cof­frées à l’aide de tis­su de verre d’un gram­mage fin (entre 17 et 25 g/ m²) ou à dur­cir et à étan­chéi­fier du bal­sa ou du CTP car elle ré­siste aux car­bu­rants.

Les ap­pli­ca­tions sont nom­breuses, mais at­ten­tion, ce pro­duit ne rem­place en rien la ré­sine époxy à deux com­po­sants, il est seule­ment com­plé­men­taire ! Par exemple, im­pos­sible de faire un congé avec ce type de ré­sine (bien face bien dur­cie. On pour­rait, me di­rez-vous, ob­te­nir le même ré­sul­tat avec de l’en­duit cel­lu­lo­sique… Certes, mais les avan­tages de la ré­sine à l’eau sont nom­breux : prix moins éle­vé, qua­si­ment pas d’odeur, pas be­soin de sol­vant pour net­toyer les pin­ceaux (sim­ple­ment de l’eau) et une ré­sine qui se garde en pot bien plus long­temps !

Pour ri­gi­di­fier un cof­frage, pas­sez une pre­mière couche de ré­sine sur le bois, pon­cez lé­gè­re­ment une fois sec, puis fi­brez clas­si­que­ment avec du tis­su de verre 25 g/m². Sui­vant le de­gré de fi­ni­tion choi­si,

Cette mise en oeuvre hypersimplifiée per­met d’ap­pli­quer la ré­sine un peu par­tout et de ren­for­cer des en­droits que l’on au­rait pu né­gli­ger quand il s’agit de mé­lan­ger deux com­po­sants, qui plus est en une cer­taine quan­ti­té…

Un autre avan­tage spé­ci­fique à cette ré­sine : ap­pli­quée sur les su­perbes au­to­col­lants qui em­bel­lissent votre avion, ceux-ci ne se dé­col­le­ront plus à la longue ou sous les ef­fets du car­bu­rant ! Et là, la ré­sine Eze-Kote est ir­rem­pla­çable car, du fait de sa com­po­si­tion, elle ne dé­té­riore en rien le plas­tique des dé­cal­co­ma­nies…

On pour­ra tou­jours re­pro­cher à cette ré­sine un prix un peu éle­vé. Mais du fait qu’on ne mé­lange pas deux pro­duits, on ne gas­pille pas une seule goutte de ré­sine puis­qu’il suf­fit de re­mettre dans le pot la quan­ti­té non uti­li­sée, et l’eau pour net­toyer les pin­ceaux, sans être gra­tuite, se­ra tou­jours net­te­ment moins chère qu’un dis­sol­vant.

L’avan­tage in­dé­niable de ce pro­duit est sa qua­si-ab­sence d’odeur qui per­met­tra à tout à cha­cun de tra­vailler dans son ate­lier, même fer­mé, sans s’in­toxi­quer… un vrai plus !

UN PRO­DUIT À DÉ­COU­VRIR

Voi­ci donc une ré­sine mé­con­nue, mais qui rem­place avan­ta­geu­se­ment l’en­duit cel­lu­lo­sique et la ré­sine époxy dans de nom­breux do­maines. Sa mise en oeuvre ul­tra-sim­pli­fiée per­met­tra éga­le­ment de rendre moins fas­ti­dieux cer­tains tra­vaux tels le fi­brage, les ren­forts, etc., pour un ren­du tout à fait cor­rect. Un très bon pro­duit donc, à condi­tion de res­ter dans son strict do­maine d’ap­pli­ca­tion.

1 Cette ré­sine se­ra par­faite pour pro­té­ger le bois des in­fil­tra­tions de car­bu­rant. 2 Elle est aus­si idéale pour mettre des ren­forts en fibre de verre. 3 Se­lon le ren­du sou­hai­té, il se­ra né­ces­saire d’ap­pli­quer deux à trois couches supplémentaires de ré­sine. 4 Le ré­sul­tat fi­nal est très sa­tis­fai­sant, certes moins dur qu’une ré­sine époxy mais éga­le­ment plus lé­ger. 5 Peu d’odeur, au­cun mé­lange à faire, pas de pro­duit gas­pillé puis­qu’on peut conser­ver ce qui n’a pas été uti­li­sé, et un net­toyage des ou­tils à l’eau : dif­fi­cile de faire plus simple en termes de mise en oeuvre !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.