Stable et ma­niable

Modèle Magazine - - ESSAI -

Le gon­flage est fa­cile à condi­tion de ti­rer as­sez vi­gou­reu­se­ment sur la voile. Pour rap­pel, le gon­flage s’opère de la fa­çon sui­vante : la voile est dis­po­sée au sol, bien dé­pliée en lé­ger arc de cercle, face au vent. On prend le châs­sis dans la main, en se po­si­tion­nant face à la voile (donc dos au vent). On met un quart de gaz et, en re­cu­lant, on tire d’un coup sec sur le châs­sis tout en mon­tant le bras : la voile se gonfle et monte au-des­sus du pi­lote. Si elle est par­fai­te­ment droite, on peut lâ­cher le châs­sis et mettre plus de gaz. Si­non, on coupe les gaz, on ne lâche pas le châs­sis et… on re­com­mence l’opé­ra­tion.

La Ca­mo H1.5 est stable et n’os­cille pas du tout de droite à gauche (c’est par­fois le cas avec des voiles mal conçues). La pré­ci­sion aux manches est bonne et la voile est ré­ac­tive aux ordres. Il est pos­sible de vo­ler dans un es­pace as­sez res­treint et les vi­rages se font sur un faible dia­mètre. Pour vo­ler avec du vent, il faut les­ter le châs­sis et il faut bien sûr de la puis­sance mo­teur pour com­pen­ser le poids. En condi­tions tur­bu­lentes, la Ca­mo H1.5 se fait un peu cha­hu­ter, en tout cas plus qu’une grosse voile. Rai­son­na­ble­ment, on se li­mi­te­ra à des jour­nées avec 15/20 km/h de vent.

Glo­ba­le­ment, on peut dire que la Ca­mo peut pré­sen­ter deux vi­sages : avec le pi­lote Ben et des dé­bat­te­ments adap­tés, elle convien­dra par­fai­te­ment pour des dé­bu­tants ou tout sim­ple­ment pour des vols réa­listes et tran­quilles. Avec une mo­to­ri­sa­tion puis­sante, cette confi­gu­ra­tion per­met tou­te­fois de pas­ser quelques fi­gures de vol­tige comme les loo­pings, les ton­neaux, etc. Avec le kit ser­vo (en lieu et place du pi­lote), on gagne énor­mé­ment en pré­ci­sion et en vi­va­ci­té. Elle de­vient alors très acro­ba­tique et peut même être « mé­chante » (je veux dire par là très dy­na­mique). Quelques mots sur la vol­tige : je vous conseille d’avoir au moins 700 W. Avant d’en­ga­ger les fi­gures, il faut prendre un peu de vi­tesse en fai­sant un vi­rage ser­ré, puis en met­tant les gaz. Le loo­ping tourne fa­ci­le­ment et sur un faible dia­mètre. La fi­gure s’ef­fec­tue uni­que­ment avec les gaz, sur­tout ne pas ti­rer sur la pro­fon­deur (les freins). Les ton­neaux bar­ri­qués passent fa­ci­le­ment après une pe­tite prise de vi­tesse, aus­si bien à droite qu’à gauche. Les hé­li­cos (ro­ta­tion de la voile au­tour de l’axe de la­cet, comme le ro­tor d’un hé­li­co­ptère) tournent bien, avec une bonne vi­tesse et sont dé­mons­tra­tifs. À no­ter que du­rant cer­taines fi­gures, on peut voir un sau­mon de la voile se re­fer­mer, c’est-à-dire que le bord d’at­taque se re­plie vers le bas. Mais il fi­nit par se re­mettre tout seul en ligne. Si ce n’est pas le cas, il suf­fit d’ac­tion­ner al­ter­na­ti­ve­ment les freins à droite puis à gauche.

L’at­ter­ris­sage est fa­cile, puis­qu’il suf­fit de ti­rer sur le manche pour bais­ser les deux bras en même temps lorsque le mo­dèle est près du sol : la voile dé­croche et se pose. Avec un peu d’ha­bi­tude, l’at­ter­ris­sage dans la main est fa­cile.

Sur cette pho­to prise lors d’un ton­neau, on voit très bien le bord de fuite gauche (ici en bas) qui est bais­sé et fait tour­ner la voile. La vol­tige en pa­ra­mo­teur est tou­jours éton­nante. On voit ici la Ca­mo H1.5 pen­dant un loo­ping, une fi­gure fa­cile à pas­ser à condi­tion de dis­po­ser de beau­coup de puis­sance.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.