Une chambre par­fu­mée et pim­pante $

Un havre de paix sous­trait aux re­gards, où le plai­sir des yeux se mêle à ce­lui des par­fums. Un lieu à dé­gus­ter tout spé­cia­le­ment à l’au­tomne, lors de ces belles jour­nées dont la sai­son a le se­cret. Cette idée est faite pour vous !

Mon Jardin et ma Maison - - Le Patron Du Mois - $0/$&15*0/ &5 "26"3&--&4 '3"/ª0*4& '0/5"*/& 5&95& 4:-7*& -*(/:

loi­son­ner son jar­din mul­ti­plie les idées d’amé­na­ge­ment, un peu à l’image de ce que cha­cun de nous fait à l’in­té­rieur d’une ha­bi­ta­tion : une dé­co­ra­tion dif­fé­rente dans chaque pièce. Fran­çoise Fon­taine, pay­sa­giste, a trans­po­sé cette idée au jar­din en créant une pièce gé­né­reuse, co­lo­rée et par­fu­mée, qui sau­ra en­chan­ter le fl âneur, du prin­temps au coeur de l’au­tomne. Pre­mière étape, mon­ter les « murs ». Elaea­gnus eb­bin­gei a été choi­si pour sa ca­pa­ci­té à oc­cul­ter en tout lieu, y com­pris là où le vent souffle fort, et à diff user une sen­teur su­crée dès sep­tembre, à condi­tion de ne pas avoir taillé la haie trop tard en été. L’écrin ain­si consti­tué, l’agen­ce­ment in­té­rieur peut prendre vie. Une ton­nelle cus­to­mi­sée tient la ve­dette. Les lattes des ga­ni­velles zèbrent la lu­mière, sous la struc­ture, orien­tée de fa­çon à pro­fi­ter du so­leil jus­qu’en soi­rée mais aus­si à ani­mer chaque heure en im­pri­mant un mo­tif dif­fé­rent. Un tel -B UPOOFMMF KPVF BWFD

MFT SBZPOT EV TPMFJM BTTVSBOU MF TQFDUBDMF

EBOT MB MVNJÈSF SBTBOUF EF EÉCVU PV

EF p O EF KPVSOÉF dis­po­si­tif ne peut qu’in­ci­ter à s’as­seoir confor­ta­ble­ment sur le banc et à lais­ser fi ler le temps, le nez au vent.

6OF WPÚUF QBSGVNÉF

Des clé­ma­tites et un ro­sier partent à l’as­saut de la struc­ture mais ont l’ordre de ne pas en­se­ve­lir la ton­nelle. La vi­gueur du ro­sier ‘Mme Al­fred Car­rière’ se­ra à conte­nir, mais c’est l’un des seuls à pou­voir of­frir des roses par­fu­mées jus­qu’en au­tomne. Quant aux clé­ma­tites, l’une, C. joui­nia­na, s’oc­cu­pe­ra da­van­tage à

ha­biller et à par­fu­mer les pieds de la ton­nelle qu’à l’en­va­hir, et l’autre, C. ‘Black Prince’, dé­cline tout l’été une pro­fu­sion de fleurs à la­quelle on ne sau­ra ré­sis­ter. La cou­leur sombre de ses fleurs ré­pond jo­li­ment à la fraî­cheur dé­li­cate des roses. Pour en ter­mi­ner avec les sur­prises par­fu­mées, une plante passe in­aper­çue, l’as­pé­rule odo­rante. Plan­tée au pied du banc, elle s’éta­le­ra avec le temps, dif­fu­sant un par­fum frais de cam­pagne à chaque fois qu’elle se­ra fou­lée.

$POUSBTUFT EF DPVMFVST

Comme pour contras­ter avec les odeurs su­crées et sub­tiles du jar­din, les cou­leurs des plantes ont été choi­sies par­mi les plus fortes et par­ti­cu­liè­re­ment lu­mi­neuses à l’au­tomne. C’est vrai pour les Ca­rex, qui jouent les sen­ti­nelles aux en­trées du jar­din, et pour les heu­chères ‘Ca­ra­mel’ qui gardent le pied des quatre Budd­leia ‘Black Knight’, une va­rié­té qui a le bon goût de pro­lon­ger sa flo­rai­son jus­qu’en sep­tembre. Hé­lé­nie flam­boyante et as­ter ori­gi­nal com­plètent l’amé­na­ge­ment. Ces deux vi­vaces sont pré­cieuses à l’au­tomne, l’une pour sa flo­rai­son orange-rouge, cô­té sud et l’autre pour ses pe­tites étoiles blanches per­chées sur de cu­rieuses tiges sombres, cô­té nord.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.