Jean-Lou Jus­tine, pro­fes­seur au Mu­séum na­tio­nal d’his­toire na­tu­relle, a lan­cé un ap­pel pour ré­per­to­rier les vers plats d’ori­gine exo­tique qui s’at­taquent à nos vers de terre.

Mon Jardin et ma Maison - - Parlons-en -

Le ver plat, ou pla­thel­minthe, pos­sède de nom­breux or­ganes des sens. Il se dé­place à la sur­face du sol à la recherche d’un lom­bric ou le pour­chasse dans sa ga­le­rie. Il im­mo­bi­lise sa proie, sans doute à l’aide de sub­stances toxiques conte­nues dans le mucus qui l’en­toure, puis il la dé­vore en une heure en­vi­ron. At­ten­tion, il ne s’agit pas de « pa­ra­sites », mais bien de pré­da­teurs. À l’ap­proche de l’hi­ver, cer­tains forment des cocons, des coques noires et dures de 5 mm de dia­mètre, que l’on trouve sous les pots de fleur par exemple. Ces formes de ré­sis­tance don­ne­ront de jeunes vers plats au prin­temps. J’ai la cer­ti­tude que l’in­ven­taire est loin d’être ter­mi­né, car chaque semaine ap­porte son lot de nou­velles ob­ser­va­tions rap­por­tées par les jar­di­niers. Au­jourd’hui, on a re­cen­sé au to­tal quatre es­pèces de vers plats ter­restres en France, mais il se pour­rait que d’autres soient confir­mées dans un fu­tur proche. En France, on n’a pas suf­fi­sam­ment de re­cul pour en ju­ger. Une anec­dote : au Royaume-Uni, cer­tains pê­cheurs à la ligne se plaignent de ne plus trou­ver de vers de terre pour leurs ha­me­çons ! En Ir­lande du Nord, qui souff re d’une in­va­sion par une es­pèce ab­sente en France, une étude scien­ti­fique a mon­tré que 20 % des vers de terre dis­pa­raissent là où ce ver plat est pré­sent. Mais tous les lom­brics ne sont pas tou­chés de la même fa­çon : ceux qui agissent en pro­fon­deur, très im­por­tants pour l’équi­libre éco­lo­gique, sont les plus me­na­cés par cette es­pèce. Des études scien­ti­fiques se­ront in­dis­pen­sables en France pour ré­pondre à cette ques­tion. D’abord, ne pas pro­pa­ger l’in­fes­ta­tion là où les pla­thel­minthes sont pré­sents : évi­ter le trans­port de plantes avec leur terre. Par ailleurs, il n’existe au­cun pro­duit de lutte. On peut dé­truire les ani­maux en les écra­sant, mais c’est peu pratique. En cas de doute, les lec­teurs peuvent m’en­voyer un échan­tillon ou une photo, ce qui com­plé­te­ra le re­cen­se­ment. At­ten­tion de ne pas les confondre avec une li­mace ou même un ver de terre !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.