Ma­riages sub­tils sous les ce­ri­siers

Au creux d’un val­lon du Gers, à Las­seube-Propre, une jar­di­nière pay­sa­giste a fait d’une prai­rie, une oeuvre d’art.

Mon Jardin et ma Maison - - Reportage - 3&1035"(& '3"/ª0*4& %6#"33: 1)0504 1&3%&3&"6

Du plus long­temps qu’elle se sou­vienne, Re­née Boy-Fa­get a tou­jours ima­gi­né et mis en scène des jar­dins. « Plan­ter, c’est plus fort que moi. Quand je suis ar­ri­vée il y a douze ans au lieu-dit En­têou­let, il n’y avait que des arbres et de l’herbe. Du vert et du vert. » Avec quelques bou­tures ap­por­tées dans ses ba­gages, elle orne sa mai­son de gé­né­reux mas­sifs co­lo­rés. Puis elle s’em­pare de ce val­lon ac­cueillant avec dé­jà de so­lides connais­sances bo­ta­niques et une par­faite maî­trise des tech­niques de culture. Alors, plus rien n’ar­rête Re­née qui, sans cesse, re­pousse les fron­tières de cet es­pace : elle des­sine, ima­gine et in­tègre ses créa­tions dans le pay­sage. Au­tour des ce­ri­siers exis­tants et de leurs troncs noirs et sculp­tu­raux, elle or­ga­nise les axes prin­ci­paux de son pro­jet : la grande al­lée, la per­go­la, les ro­siers.

Pré­sents à l’ori­gine, les ce­ri­siers

en lignes struc­turent le jar­din

%FWBOU MFT GFVJMMFT ÉSJHÉFT EFT DSPDPTNJBT b-VDJGFS`

VO GFOPVJM b#SPO[F` &O DPOUSFQPJOU VOF UPV F EF 4UBDIZT MBOBUB &O GPOE EF EÉDPS MB q PSBJTPO KBVOF EFT 1IMPNJT GSVUJDPTB FU EFT &VQIPSCJB DZQBSJTTJBT

b5BMM #PZ` FO DPVWSF TPM

$FUUF TDÈOF QBTUFM EF QSJOUFNQT OBJTTBOU DPOUSBTUF BWFD MFT CPJT OPJST EV DFSJTJFS FU MFT DFQT EF WJHOF

$J DPOUSF -FT OBSDJTTFT b4QSJOH 1SJEF` E`PØ QPJOUF MF SPTF WJG EF UVMJQFT 5SJPNQIF b.JTUSFTT` T`BDDPSEFOU BWFD MFT q FVST EV 7JCVSOVN UJOVT b&WF 1SJDF`

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.