La carte dé­co BWFD MFT QPUT

4VS MFT UFSSBTTFT EBOT MFT QBUJPT PV TVS MFT CBMDPOT MFT QPUT QFSNFUUFOU VOF QSÉTFODF WÉHÉUBMF UPVU FO KPVBOU BWFD MFT F FUT EF DPVMFVST PV EF NBUJÈSFT

Mon Jardin et ma Maison - - Nos Conseils - 1" 3 $ " 30-*/& ( ¬ / &" 6

Les ma­té­riaux tra­di­tion­nels

Ils ont fait leur preuve et se sont

adap­tés aux ten­dances.

Terre cuite brute

C’est la maî­trise de sa cuis­son qui

con­fère la so­li­di­té à cette pâte

d’ar­gile et d’eau. Son temps de

sé­chage dé­ter­mine sa ré­sis­tance

au gel. Chaque fi­lon d’ar­gile

ap­porte une cou­leur, du blanc au

mar­ron. Sa po­ro­si­té na­tu­relle

fa­ci­lite le drai­nage et fait fonc­tion

de « cli­ma­ti­seur » quand le so­leil

chauffe. Son poids as­sure sa

sta­bi­li­té mais rend les

ma­ni­pu­la­tions dif­fi­ciles. Elle est

sen­sible aux chocs et au gel.

Terre cuite émaillée

En re­cou­vrant d’émail des pots de

terre cuite brute, il en sort, après

se­conde cuis­son, des pièces

dé­co­ra­tives et co­lo­rées, tel le vase

d’An­duze. Il tra­verse les an­nées s’il

ne re­çoit pas de chocs et s’il est

pro­té­gé du gel. Son prix est éle­vé

car la fa­bri­ca­tion est longue et

de­mande un sa­voir-faire. Des pots

d’ori­gine asia­tique, moins oné­reux,

inondent le mar­ché, mais leur émail

n’a pas la même ré­sis­tance.

Terre cuite peinte

Le re­pre­neur de Po­te­rie Lor­raine a

eu l’idée de peindre ses pots en

terre cuite brute, en ap­pli­quant des

re­cettes de l’in­dus­trie au­to­mo­bile.

La pa­lette de cou­leur est va­riée et

les prix sont abor­dables. Mais le

froid fait écailler la pein­ture.

Le grès

Il dif­fère de la terre cuite par une

tech­nique de cuis­son com­plexe,

qui le rend dur et com­pact. Il

ré­siste aux coups, au gel comme à

la cha­leur. Son prix, éle­vé, est lié

au long pro­cé­dé de fa­bri­ca­tion :

la pièce doit sé­cher du­rant 3 à

4 se­maines à l’air libre avant de

cuire 10 à 12 heures à 1 260 °C,

puis d’être re­froi­die pen­dant

24 heures dans le four.

Le bois

Le bac d’oran­ge­rie Ver­sailles en est

l’an­cêtre, avec ses lattes en chêne.

Au­jourd’hui, les mo­dèles sont en

pin trai­té en au­to­clave, en ro­bi­nier,

en châ­tai­gnier ou en mé­lèze.

Pour li­mi­ter le contact avec la terre,

pla­cez une pro­tec­tion en plas­tique

à l’in­té­rieur.

Le mé­tal

L’alu­mi­nium, lé­ger et ré­sis­tant, ne

craint in­ves­tis­se­ment pas l’eau com­pa­rable mais reste un à la

terre cuite émaillée. Le zinc, fra­gile

et mou, doit être conso­li­dé avec

une ar­ma­ture en acier pour ré­sis­ter

au poids de la terre hu­mide. Son

coût est éle­vé. L’acier gal­va­ni­sé

arrive dans les jar­dins mais le fer,

même zin­gué, fi­nit par s’oxy­der.

$PMMFDUJPO 6MVSV

QBS +FBO .BSJF

.BTTBVE JDJ FO

UFSSF CMBODIF

7BTF IBVU N

WBTF CBT

DN

WBTRVF

FU UBCPVSFU HBMFU

3BWFM

$VWJFST FO UFSSF

DVJUF SPTÉF PV

CMBODIF æ DN

) DN

æ DN ) DN

(PJDPFDIFB

5FSSF DVJUF ÉNBJMMÉF )PXFB FO USPJT UBJMMFT Á

QBSUJS EF MF QPU æ DN FU ) DN 1PUFSJF

E`"MCJ

$BSOFU E`BESFTTFT FO p O EF NBHB[JOF

XXX USV BVU DPN

NÉUBM QFJOU FO HSJT

DN EF DÔUÉ

¤ QBSUJS EF

FYDMVTJWFNFOU TVS

XXX USV BVU DPN

&O ÉQJDÉB DFSUJp É

'4$ JNQSÉHOÉ

TPVT QSFTTJPO FU

EPUÉ E`VOF

NFNCSBOF Á

M`JOUÉSJFVS DN

EF DÔUÉ FO CMBOD

OPJS PV CSVU

¤ QBSUJS EF

.PEÈMF &MBO

E`0-(

.PEÈMF 1JWPJOF

FO UFSSF DVJUF

QFJOUF FO USPJT

UBJMMFT FU EJY

DPMPSJT ¤ QBSUJS

EF æ DN

) DN

1PUFSJF -PSSBJOF

$J EFTTVT 1PU FO

HSÈT EF DPVMFVS

HSJTF FO GPSNF EF

CPVMF æ DN

) DN

"V (SÈT EV UFNQT

#BD 0SBOHFS FO

1PU #FMMFWJMMF FO

NÉUBM FNCPVUJ FU

QFSDÉ Á M`BTQFDU

FYUÉSJFVS CSPTTÉ

&O QMVTJFVST UBJMMFT

Á QBSUJS EF

FYDMVTJWFNFOU TVS

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.