La sai­son des flaques

La fonte des neiges et les pluies prin­ta­nières donnent nais­sance à des mares tem­po­raires fré­quen­tées par une foule d’ani­maux.

Mon Jardin et ma Maison - - Instants de Vie - TEXTE ALES­SAN­DRO STAEHLI (LA SA­LA­MANDRE) DES­SINS SYL­VAIN LEPAROUX

Les pre­miers re­doux li­bèrent la na­ture d’une longue pause hi­ver­nale. La neige et la glace fondent au so­leil de mars, les sols se gorgent d’eau et les ta­lus dé­gou­linent. Les flaques qui ap­pa­raissent dans toutes sortes de dé­pres­sions du ter­rain sont très at­trac­tives pour la vie sau­vage. De nom­breux vi­si­teurs s’y abreuvent, sur­tout pen­dant la nuit : blai­reaux, re­nards, che­vreuils ou en­core des cerfs ! Au pe­tit ma­tin, on dé­cou­vri­ra leurs em­preintes gi­vrées dans la boue. Cer­tains oi­seaux at­ter­rissent près de ces mares prin­ta­nières pour se bai­gner et faire leur toi­lette. Ils s’im­mergent à moi­tié et se se­couent en écla­bous­sant des billes d’eau sur leur plu­mage, ce qui leur per­met de se li­bé­rer des pa­ra­sites. Le pin­son des arbres (ci-des­sous), au ré­gime ali­men­taire gra­ni­vore, profite éga­le­ment de ce mo­ment pour se désal­té­rer. À cette sai­son, les étangs tem­po­raires font aus­si le bon­heur de cer­taines es­pèces d’am­phi­biens. Dès le mois de fé­vrier, on en­tend les mâles de gre­nouille agile coas­ser. Leur doux et ré­gu­lier « wog-wog-wog » pour at­ti­rer les fe­melles a la par­ti­cu­la­ri­té d’être émis sous la sur­face de l’eau. Les fe­melles quittent leurs sites d’hi­ver­nage dans le sous-bois pour se re­pro­duire là où elles sont nées. Ces éclai­reuses sont re­jointes par les gre­nouilles rousses, les cra­pauds et les tri­tons. Des fies­tas en pers­pec­tive !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.