-FT JSJT SÉDPMUÉT FO BWBODF TPOU TPJHOFVTFNFOU SFUBJMMÉT QVJT ÉUJRVFUÉT JOEJWJEVFMMFNFOU

Mon Jardin et ma Maison - - Fou De Jardin -

$J EFTTVT -F HSPT EF M`BSSBDIBHF EFT JSJT B MJFV EF p O KVJMMFU KVTRV`FO PDUPCSF 5PVUF MB GBNJMMF TF NFU Á MB GSBÎDIF BV USJ BV CPUUFMBHF FU Á M`ÉUJRVFUBHF EFT SIJ[PNFT -FÏMB B UPVU EF MB GVUVSF QBTTJPOOÉF E`JSJT &U EÉKÁ VOF WBSJÉUÉ Á TPO OPN

cette grande di­ver­si­té, Mé­lie re­marque qu’il y a

en­core beau­coup de travail pour ar­ri­ver à obte-

nir de meilleures va­rié­tés. La forme de la fleur, le

port, la du­rée de flo­rai­son, en un mot, la bonne

te­nue de la va­rié­té, consti­tuent des cri­tères de

plus en plus im­por­tants.

-F HSPT EV USBWBJM FO ÉUÉ

Si belle soit-elle, une va­rié­té qui s’af­fale un peu

trop fa­ci­le­ment sous l’ef­fet d’une pluie prin­ta-

nière pour­ra être dis­qua­li­fiée. Trop peu de fleurs

sur une hampe dis­cré­di­te­ront une autre dont le

co­lo­ris sem­blait no­va­teur. Ain­si, si les hy­bri­da-

tions sont ef­fec­tuées avec des ob­jec­tifs, le ha­sard

as­sure une bonne par­tie du travail. Il fau­dra alors

se­mer les graines ob­te­nues, les culti­ver et ob­ser-

ver la pro­gé­ni­ture. Une ac­ti­vi­té qui ne prend

qu’une pe­tite par­tie du temps à Mé­lie. L’ar­ra-

chage des iris, à par­tir de la fin juillet et jus­qu’en

oc­tobre, pour ho­no­rer les com­mandes au fur et

à me­sure, re­quiert une cer­taine dis­po­ni­bi­li­té.

À cette sai­son, il est im­pos­sible de tra­vailler en

pleine jour­née, à l’heure où même les grillons se

ta­pissent ! C’est à la fraîche qu’il faut agir. À cette

époque, les rhi­zomes ont at­teint leur ma­tu­ri­té et

ont re­cons­ti­tué leurs ré­serves. Mais avant l’été,

quelques plants sont ex­traits de terre pour sa­tis-

faire les clients lors des fêtes des plantes. L’ac­ti-

vi­té mo­bi­lise alors la fa­mille au grand com­plet,

et il n’est plus temps de flâ­ner par­mi les fleurs

et les par­fums des iris…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.