UN EX­PLOIT MON­DIAL

Mon Quotidien - - CHARLES LINDBERGH -

Le 26 avril et le 8 mai 1927, un équi­page amé­ri­cain et un équi­page fran­çais ont ten­té de rem­por­ter le prix Or­teig, juste avant Lind­bergh. Tous deux ont échoué.

Au Bour­get (Seine-Saint-De­nis), en France, le 21 mai 1927

LES FAITS

de la ré­com­pense pro­mise par Ray­mond Or­teig et em­po­chée par Lind­bergh. C’est au­jourd’hui l’équi­valent de 265 000 eu­ros. • Sur les 2 000 litres de car­bu­rant em­por­tés, il n’en res­tait que 320 à l’ar­ri­vée. • 5 sand­wiches et 2 barres de cho­co­lat. C’est la seule nour­ri­ture que Lind­bergh a em­bar­quée dans son avion pour la tra­ver­sée. • 3m au-des­sus des vagues : c’est l’al­ti­tude à la­quelle Lind­bergh pi­lo­tait lors­qu’il avait som­meil. Le bruit et le choc des vagues sur l’avion le ré­veillaient. Entre la pré­pa­ra­tion et la fin du vol, le pi­lote est res­té 55 heures sans dor­mir.

LE SAVIEZ-VOUS ?

Com­ment Charles Lind­bergh a-t-il été sur­nom­mé après son ex­ploit ? .)» so­li­taire l’Aigle «( Eagle Lone The

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.