Ex­plo­rer des éten­dues d’eau dans l’espace

Mon Quotidien - - À LA UNE - C. Hal­lé

En­voyer des en­gins sous-ma­rins… dans l’espace ! C’est une idée sur la­quelle tra­vaille ac­tuel­le­ment la NA­SA, l’Agence spa­tiale amé­ri­caine. Au­cune date n’a en­core été fixée mais 2 pro­jets d’exploration aqua­tique à la sur­face des lunes de Ju­pi­ter et de Sa­turne sont à l’étude. Ex­pli­ca­tions. Cet été, la NA­SA a testé un ro­bot sous-ma­rin dans les eaux gla­ciales de l’Alas­ka, dans le nord de l’Amé­rique. Pi­lo­té à dis­tance, il est ca­pable de plon­ger sous la glace. Il na­vigue ensuite sous la ban­quise grâce à des roues cran­tées lui per­met­tant de s’ac­cro­cher à la sur­face.

Ti­tan, la plus grande lune de Sa­turne, contient de grands lacs rem­plis de gaz li­quide

Pour éclai­rer ce mi­lieu très obs­cur, le ro­ver est équi­pé de puis­sants phares ain­si que d’une ca­mé­ra. Cet es­sai a été réa­li­sé pour pré­pa­rer une fu­ture mis­sion sur Eu­rope, une lune de Ju­pi­ter (lire Les chiffres). Eu­rope est re­cou­verte d’une épaisse couche de glace. Se­lon les ex­perts, sous cette couche est ca­ché un vaste océan d’eau douce, ca­pable d’abri­ter des formes de vie. Un en­gin sous-ma­rin spa­tial ser­vi­ra peut-être aus­si à une autre exploration. Celle de Ti­tan, la plus grande lune de Sa­turne. Elle contient plu­sieurs grands lacs rem­plis de gaz li­quide. Les scien­ti­fiques veulent étu­dier l’un d’eux, ap­pe­lé Kra­ken Mare. Ils savent dé­jà qu’il me­sure 1 000 ki­lo­mètres de long pour en­vi­ron 300 mètres de pro­fon­deur. Leur but est d’en sa­voir plus sur ses mou­ve­ments, sa com­po­si­tion, etc. Quelle pla­nète est la plus proche du So­leil : Sa­turne ou Ju­pi­ter ?

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.