Le voyage des pa­pillons mo­narques est me­na­cé

Mon Quotidien - - MONDE - M. D.

Chaque an­née, de moins en moins de pa­pillons mo­narques ar­rivent dans la ré­gion du Mi­choacán, au Mexique (Amé­rique). À l’au­tomne, ces pa­pillons quittent le Ca­na­da et tra­versent les États-Unis (Amé­rique) pour pas­ser l’hi­ver dans les fo­rêts mexi­caines. Lors de leur mi­gra­tion, ils se re­pro­duisent. Les che­nilles se nour­rissent du nec­tar d’une seule plante : l’as­clé­piade. Pro­blème : elle est détruite par les pes­ti­cides. Faute de nour­ri­ture, cer­taines che­nilles meurent et les pa­pillons ar­rivent moins nom­breux à des­ti­na­tion. Dif­fi­cile de comp­ter les pa­pillons mo­narques, car ils s’ag­glu­tinent sur les arbres. Pour y par­ve­nir, les ex­perts cal­culent l’espace qu’ils oc­cupent. Ce chiffre est pas­sé de 18 hec­tares à 0,67 en 20 ans, au Mexique.

Les pa­pillons mo­narques sont orange et noir. Sur leurs ailes se trouvent des taches blanches. Ils peuvent me­su­rer jus­qu’à 12 cm.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.