Il a pas­sé sa vie à faire le tour du monde e

Mon Quotidien - - FRANCE - S. L.

À 76 ans, An­dré Bru­gi­roux a par­cou­ru 400 000 km. En 50 ans, il a tra­ver­sé 250 pays et ter­ri­toires. Il ra­conte son pé­riple dans un livre qui vient de sor­tir, L’homme qui vou­lait voir tous les pays du monde (éd. Ci­ty). Écosse. « J’ai quit­té la France à 17 ans, en 1955. À l’époque, il n’y avait pas de té­lé, pas de por­table, pas de guides tou­ris­tiques. Seuls les riches pre­naient l’avion. Après l’école hô­te­lière, j’ai fait un stage en Écosse. Je ne suis pas par­ti faire le tour du monde, je vou­lais ap­prendre l’an­glais. Puis, pour l’es­pa­gnol, je suis al­lé en Es­pagne, pour l’Ita­lien, en Ita­lie... » En stop. « J’ai éco­no­mi­sé en tra­vaillant au Ca­na­da. De 1967 à 1973, j’ai voya­gé avec moins de 1 eu­ro par jour en poche, en stop. Mais la Terre est pleine d’océans... Alors j’ai fait du ba­teau-stop, de l’avion-stop… Je n’ai ja­mais dor­mi à l’hô­tel. Les gens m’ac­cueillaient, pour que je ra­conte mon par­cours. Mais j’ai eu des mo­ments durs, comme dor­mir de­hors par - 40 °C, en Alas­ka. Et on m’a pris pour un pi­rate de l’air et un es­pion. J’ai été mis 7 fois en pri­son ! Je ne cherche pas l’aventure, c’est elle qui me cherche ! » Étu­diant. « Je ne me consi­dère pas comme un voya­geur. Je suis un étu­diant qui a be­soin d’al­ler voir sur place pour ap­prendre. Je vou­lais réa­li­ser mon rêve de voir tous les pays du monde. Mais on ne peut pas al­ler par­tout : il y a des guerres, des ré­vo­lu­tions... » En­semble. « Mon but était de connaître les points com­muns à tous les hommes. Pour vivre en­semble, ils doivent se par­ler et par­ta­ger. » Quel est le nom du per­son­nage e monde en quatre-vingts jours, d

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.