« Les our­sons vont avoir plus de mal à sur­vivre »

Mon Quotidien - - À LA UNE -

Il reste de 20 000 à 25 000 ours polaires dans l’Arc­tique. C’est à peu près comme il y a 20 ans, se­lon une ré­cente étude d’ex­perts char­gés de sur­veiller ces ani­maux. Cette es­pèce est-elle donc moins me­na­cée de dis­pa­ri­tion que ce que l’on croyait ? Ex­pli­ca­tions de Clive Te­sar, du WWF Ca­na­da (Amé­rique). Dif­fi­cile. « Il est très dif­fi­cile de comp­ter les mil­liers d’ours blancs, ré­par­tis en 19 sous-po­pu­la­tions sur 14 mil­lions de km2 (soit 25 fois la taille de la France) cou­verts de neige une grande par­tie de l’an­née… On est obli­gés de faire des es­ti­ma­tions. »

Avec la fonte des glaces, les ours pas­se­ront da­van­tage de temps sur terre

Nour­ri­ture. « Le nombre d’ours risque de bais­ser dans les an­nées à ve­nir à cause du ré­chauf­fe­ment du cli­mat. La fonte des glaces va aug­men­ter, sur­tout au sud de l’Arc­tique. Ce­la va obli­ger les ani­maux à pas­ser da­van­tage de temps sur terre. Les ours, sur­tout les our­sons, au­ront plus de mal à sur­vivre sans leur nour­ri­ture ha­bi­tuelle (ex. : phoques). » Ter­ri­toires. « On es­time qu’en 2050 les ours au­ront quit­té près de 70 % de leur ha­bi­tat ac­tuel. On ne sait pas en­core s’ils se dé­pla­ce­ront vers le Nord, plus froid, ni s’il y au­ra as­sez de place dans les ter­ri­toires du Nord pour ac­cueillir tous les ours. Dans tous les cas, on pense que leur nombre va di­mi­nuer. » Ha­bi­tat. « Pour pro­té­ger les ours, il faut da­van­tage lut­ter contre le ré­chauf­fe­ment : en dé­ve­lop­pant les éner­gies re­nou­ve­lables (éo­lienne, so­laire…) et en ces­sant de dé­truire leur ha­bi­tat (ex. : pour cher­cher du pé­trole). » L’ours po­laire naît aveugle et sans dents, dans une ta­nière construite par sa mère. Vrai ou faux ?

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.