« Je vais en­fin à l’école comme tout le monde ! »

Mon Quotidien - - À LA UNE - C. H.

Le sou­la­ge­ment : Ké­vin peut en­fin al­ler à l’école comme n’im­porte quel autre élève ! De­puis la ren­trée, cet ado de 13 ans, en 4e à Au­cam­ville (Haute-Ga­ronne), ne pou­vait al­ler en cours qu’une jour­née et de­mie par se­maine. La rai­son ? « J’ai la ma­la­die des os de verre. Mes os, très fra­giles, peuvent se cas­ser à la moindre chute, ex­plique le gar­çon. J’ai dé­jà eu plus de 20 frac­tures. » Ré­sul­tat : Ké­vin ne peut al­ler au col­lège qu’ac­com­pa­gné d’une AVS (Auxi­liaire de Vie Sco­laire, lire Com­prendre), qui pousse son fau­teuil, l’aide à prendre des notes en cours… Mais, de­puis la ren­trée, celle-ci était obli­gée de s’oc­cu­per

Mes co­pains m’ap­por­taient les cours à la mai­son, mais je pre­nais du re­tard

d’un autre en­fant. « La prin­ci­pale du col­lège a alors in­di­qué qu’elle ne pou­vait plus ac­cueillir Ké­vin sans son AVS, ex­plique la ma­man du gar­çon. Elle vou­lait évi­ter le moindre ac­ci­dent. Nous avons en­voyé des cour­riers à la Mai­son dé­par­te­men­tale des per­sonnes han­di­ca­pées et au mi­nis­tère de l’Édu­ca­tion na­tio­nale, sans ré­ponses. Mon ma­ri était prêt à quit­ter son tra­vail pour de­ve­nir l’AVS de Ké­vin. » Le pa­tron du père a re­fu­sé et a ai­dé les pa­rents à por­ter plainte. Ils ont aus­si mis une an­nonce dans un jour­nal. Le len­de­main, Ké­vin avait une nou­velle AVS ! « Je peux en­fin al­ler à l’école comme tout le monde, confie Ké­vin. J’en avais marre de res­ter à la mai­son. Mes co­pains m’ap­por­taient les cours, mais je pre­nais du re­tard. Au­jourd’hui, j’ai tout rat­tra­pé et j’ai de bonnes notes. Et ma nou­velle AVS est sym­pa ! » En France, com­bien de per­sonnes sont at­teintes de la ma­la­die des os de verre : 200, 2 000 ou 20 000 ?

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.