Com­ment les per­ro­quets ar­rivent-ils à par­ler ?

Mon Quotidien - - LA QUES­TION - En­tre­tien réa­li­sé par R. Botte

Hommes. « En fait, les per­ro­quets ne parlent pas vrai­ment : ils imitent des sons et les ré­pètent. Le verbe “par­ler” ne convient qu’aux hommes. Ce­la si­gni­fie “ex­pri­mer une idée”, alors qu’un per­ro­quet n’ex­prime pas une idée. C’est im­pos­sible d’avoir une conver­sa­tion avec lui ! » Condi­tions. « A prio­ri, le per­ro­quet ne com­prend pas ce qu’il dit. Mais, par­fois, c’est trou­blant ! Quand un per­ro­quet dit “bon­soir” en fin de jour­née, on pense qu’il sait ce qu’il faut dire à ce mo­ment-là de la jour­née. Mais ce­la s’ex­plique : si son maître lui a fait ré­pé­ter “bon­soir” chaque soir, il a as­so­cié ce son à l’obs­cu­ri­té. L’oi­seau sait ré­pé­ter un son dans cer­taines condi­tions. Sou­vent, un per­ro­quet ré­pète un son ap­pris quand il a un lien d’ami­tié avec son maître. Entre eux, les oi­seaux uti­lisent leur lan­gage : des cris pour s’ap­pe­ler, pour pré­ve­nir d’un dan­ger... » Ca­ca­toès. « Na­tu­rel­le­ment, le la­rynx du per­ro­quet lui Que si­gni­fie l’ex­pres­sion « ré­pé­ter comme un per­ro­quet » ? De­mi-page réa­li­sée par Play­bac Édi­tions spé­ciales avec le CNES. per­met de re­pro­duire les sons. Le gris du Ga­bon peut en ré­pé­ter une cen­taine. Le ca­ca­toès et l’ama­zone sont aus­si très forts. En re­vanche, l’ara ne “di­ra” que de 10 à 15 mots. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.