LA VIE D’UN DÉ­TE­NU À LA SAN­TÉ

Mon Quotidien - - VISITE DE LA PRISON DE LA SANTÉ -

CONTEXTE La vie des dé­te­nus s’est amé­lio­rée. La San­té est une pri­son qui s’est sou­vent mo­der­ni­sée Dès 1873, par exemple, elle a ac­cueilli la pre­mière in­fir­me­rie des pri­sons de Pa­ris.

LES FAITS

La cour de pro­me­nade est en­tou­rée de bar­be­lés (pho­tos 1 et 3). Les dé­te­nus y prennent l’air et font du sport. « On dis­tri­buait une di­zaine de bal­lons par jour, tel­le­ment ils cre­vaient vite », ra­conte M. Ake­ra, sur­veillant en chef.

COM­PRENDRE

« À la fin de la Se­conde Guerre mon­diale (1939-1945), les pri­sons fran­çaises sont en très mau­vais état », ex­plique Ca­ro­line Sop­pel­sa. Il fau­dra at­tendre les an­nées 1970 pour que les choses changent. « À cette époque, on re­pense la pri­son. En­fer­mer des gens est-il une bonne so­lu­tion pour les pu­nir ? Comment faire pour qu’ils ne re­com­mencent pas en sor­tant ? » À la San­té, on dé­cide de créer une école et un ate­lier de tra­vail pour oc­cu­per « in­tel­li­gem­ment » les dé­te­nus. Par­mi les em­plois pro­po­sés : en­tre­te­nir la pri­son (plom­be­rie…), plier les dos­siers car­ton­nés qui ser­vi­ront dans les hô­pi­taux, col­ler le cro­co­dile des po­los de la marque La­coste… À l’école, cer­tains ap­prennent à lire, d’autres passent le bac ou re­prennent leurs études. C’est aus­si dans les an­nées 1970 que les dé­te­nus ob­tiennent de nou­veaux droits. En 1975, ils peuvent avoir une ra­dio dans leur cel­lule. En 1983, ils ont le droit d’en dé­co­rer les murs. Cha­cun

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.