Comment me­sure-t-on la quan­ti­té de pluie qui tombe ?

Mon Quotidien - - LA QUESTION - En­tre­tien réa­li­sé par R. Botte

Plu­vio­mètre. « Pour don­ner ces me­sures, nous uti­li­sons un ap­pa­reil qui s’ap­pelle un plu­vio­mètre. Au­jourd’hui, ce ne sont plus des hommes qui font les re­le­vés : tout est au­to­ma­tique. » Mil­li­mètres. « Le ré­sul­tat de ce re­le­vé est don­né en mil­li­mètres. Quand on dit qu’il est tom­bé 1 mil­li­mètre de pluie, ce­la veut dire qu’il est tom­bé 1 litre de pluie sur un car­ré de 1 mètre de cô­té. L’eau se ré­pand et ce­la donne 1 mil­li­mètre de haut. “200 mil­li­mètres de pluie”, c’est donc 200 litres d’eau (l’équi­valent de 200 bou­teilles vi­dées). » Ra­dars. « La pluie est une don­née qui change très vite d’un en­droit à un autre. Très sou­vent, il pleut quelque part et il ne pleut pas du tout à une di­zaine de ki­lo­mètres de là. Nous uti­li­sons des ra­dars, qui donnent l’in­ten­si­té (la “force”) de la pluie qui tombe. La du­rée est aus­si à prendre en compte. S’il pleut 100 mil­li­mètres en 24 heures, c’est moins em­bê­tant que 100 mil­li­mètres en 2 heures. Sur une courte du­rée, le sol n’a pas du tout le temps d’ab­sor­ber la pluie. » Quelle ex­pres­sion uti­lise-t-on par­fois pour dire qu’il pleut très fort ?

Une rue de Lyon (Rhône) sous la pluie, le 4 no­vembre.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.