CE QUE L’ON SAIT DE LU­CY

Mon Quotidien - - YVES COPPENS -

CONTEXTE Les aus­tra­lo­pi­thèques sont les pre­miers ho­mi­ni­dés (de très loin­tains cou­sins de l’homme). Ils vi­vaient en Afrique, il y a des mil­lions d’an­nées.

Pré­his­to­ra­ma, à Rous­son, en Ar­dèche, re­cons­ti­tu­tion réa­li­sée en 1989

LES FAITS

sans doute dans un groupe de 10 à 20 in­di­vi­dus. Elle mar­chait de­bout, mais plu­tôt de ma­nière mal­adroite, en boi­tant. Elle conti­nuait aus­si à grim­per dans les arbres pour cueillir des fruits, comme le font les chim­pan­zés, des ani­maux dits ar­bo­ri­coles. Comme ces pri­mates, elle de­vait se faire une sorte de nid dans les arbres, le soir, pour se cou­cher et se pro­té­ger des pré­da­teurs. D’après les pol­lens que nous avons re­trou­vés à cet en­droit, la na­ture était consti­tuée à la fois de fo­rêt et de sa­vane. Quand elle n’était pas dans les arbres, Lu­cy se pro­me­nait de­bout et man­geait des ra­cines près du sol. On le sait grâce à l’étude de l’émail de ses dents (ce qui les re­couvre). Elle était vé­gé­ta­rienne mais pou­vait à l’oc­ca­sion man­ger un peu de viande, et uti­li­sait peut- être des cailloux pour la dé­cou­per. Il y avait beau­coup d’ani­maux dans cette ré­gion : éléphants, mam­mouths, co­chons, an­ti­lopes... Mais éga­le­ment des car­ni­vores : lions, pan­thères, tigres à dents de sabre... On pense que c’est pour se pro­té­ger des pré­da­teurs que les ho­mi­ni­dés ont com­men­cé à se re­dres­ser. Ain­si, ils pou­vaient mieux ob­ser­ver au loin et sa­voir s’il y avait un dan­ger. Se mettre de­bout leur a aus­si per­mis de se ser­vir de leurs mains, no­tam­ment pour por­ter leurs pe­tits. Comme on a re­trou­vé les restes de Lu­cy dans une ri­vière, peut-être est-elle morte noyée. »

LE SA­VIEZ-VOUS ?

« Aus­tra­lo­pi­thèque » veut dire « singe du Sud » en grec et la­tin. Vrai ou faux ?

Vrai.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.